Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 07:18

   Le démon du jeu

        Quand Laurent rentra vers deux heures du mat’ en m’annonçant qu’il venait de perdre son meilleur ami au poker, je ne dis trop rien. On ne peut pas toujours gagner, n’est-ce pas ? Et comme ce « meilleur ami », je ne pouvais le sentir, cela ne me fit ni chaud ni froid. Mais lorsque, deux jours plus tard, il pauma successivement le voisin de palier, ma sœur Henriette, la concierge et l’épicier arabe ouvert sept jours sur sept, je commençai à la trouver saumâtre.

         — Arrête ça ou je me barre, déclarai-je fermement.

         Et, joignant le geste à la parole, je partis en claquant la porte.

         Oh, je n’allai bien loin ! Au troquet d’à-côté, en fait. Chez madame Irène où je fis la connaissance de Marc-Antoine.

         Entre nous, ce fut le coup de foudre instantané et réciproque. Le soir même, je m’installais chez lui.

         Il ne me dit pas tout de suite qu’il était joueur. Vu ma pécédente expérience, je crois que je ne l’aurais pas supporté. Il me ménagea donc et, durant plus d’un mois, jugula sa passion au profit de la nôtre. Puis le démon du jeu reprit le dessus.

         — Mais ne t’inquiète pas, je gagne toujours, m’assura-t-il.

         C’était la stricte vérité. Chaque soir, il rapportait scrupuleusement ses gains à la maison. Un jour, une bonne sœur ; le lendemain, le PDG d’une entreprise de robinetterie avec sa famille et ses domestiques ; la fois suivante, le club de foot local... Au début, j’alignais ces trophées sur la cheminée avec, je l’avoue, une certaine fierté. Mais bientôt, ils débordèrent sur le reste de l’appartement. Plus moyen de se remuer, entassés comme on l’était. Aussi, quand Marc-Antoine gagna successivement les chœurs de l’armée rouge, le grand orchestre philarmonique de Londres et la totalité des conseillers municipaux du vingtième arrondissement, je lui mis le marché en main : 

         — Tu me bazardes tout ce bordel ou je te quitte !

         Sans hésiter, il me montra la porte.

         Comme je noyais mon chagrin au bar de madame Irène, elle me dit gentiment :

         — Laisse tomber les mecs, ma petite, et viens vivre avec moi : je ne suis pas joueuse.

         Deux heures plus tard, j’emmenageais dans son duplex. Un endroit charmant d’où rien ne sortait jamais et où rien ne rentrait. Les premiers temps, cette immuabilité m’enchanta. Je la trouvais reposante. Puis elle commença à me faire flipper. Le manque d’habitude, sans doute. Aussi, pour tromper mon angoisse, me mis-je à jouer au poker avec Laurent et Marc-Antoine. J’ai déjà perdu toute la clientèle du troquet, mais j’ai gagné, en revanche, les habitants de Bab-el-Mandeb, en Afrique septentrionale. Malheureusement, cette population, en majorité musulmane, ne boit pas d’alcool, ce qui a fait baisser de manière inquiétante le chiffre d’affaire de madame Irène. Depuis, elle me regarde d’un drôle d’air. En revanche, mes partenaires m’adorent. Je crois qu’on va finir par se mettre en ménage, tous les trois ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 26/01/2013 07:34

Et encore, t'as rien vu. Attends çui d'aujourd'hui !

Castor tillon 25/01/2013 22:50

L'orchestre et les choeurs de l'Armée Rouge, passe encore. Mais le club de foot et les conseillers municipaux, non, hein. Avec moi, de sur la cheminée ils auraient passé à dans la cheminée.
Dans le genre déjanté, c'est un vrai bonheur, tes histoires !

Tororo 25/01/2013 09:34

Mais c'est rien, c'est juste un petit bout du CAVD n° 14 (celui qui était si mignon) qui débordait dans celui-ci.

gudule 25/01/2013 08:06

Putain, deux fautes en trois lignes, j'y crois pas ! Chuis encore dans le coltard, moi ! SA présence...illuminait LES vieux murs !

gudule 25/01/2013 07:57

Une petite pensée pour mon vieux copain, qui nous a quittés depuis si longtemps. Da présence gesticulante, volubile et éminemment sympathique illuminait le vieux murs de Denoël, quand j'ai débuté
ma carrière. Merci, Benoît, de l'avoir fait revivre, l'espace d'un instant !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories