Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 08:06

Chapitre 28

Résumé des chapitres précédents : La soirée s’éternise toujours. C’est long, toutes ces heures loin de  Charlie ! D’autant que, sans vouloir critiquer, la conversation de l’ange n’est pas très passionnante.

 

         — Quand je vois la vie de cons qu’on mène ici, c’est toi qui as raison, ma grande !

         Nora se méfie. Ils prétendent tous ça — sa frangine, ses parents, ses anciens amis —, mais ce sont juste des chichis. Dénigrer sa condition tout en s'y cramponnant façon morbaque procède d'un snobisme typiquement citadin. 

         — Moi, si je devais vivre à Paris, énonce-t-elle, sentencieuse, il n'y a qu'un seul endroit qui me conviendrait. Mais même avec un salaire de ministre, je ne pourrais pas me le payer.

         — Ah ? Laisse-moi deviner... Dans le Marais ?

         Elle secoue la tête.

         — Sur les Champs-Élysées ?

         Elle secoue la tête.

         — À Notre-Dame ? À l'hôtel de ville ? Au Panthéon ?

         Elle secoue de plus en plus la tête, ce qui fait tanguer doucettement sa chevelure.

         — Pas au sommet de la Tour Eiffel, tout de même ?

         Elle pouffe dans sa bière.

         — Tu n'y es pas du tout. Dans la grande serre du jardin des Plantes.

         — Pour une fleur des champs, c'est assez ambitieux !

         — Non, thérapeuthique.

         Leurs deux rires s'accordent — le sien, à lui, un peu largué.

         —  J'ai du mal à te suivre, là...

         Elle a un geste signifiant : laisse tomber, puis lâche, à brûle-pourpoint :

         — Ça te dirait d'être ange exterminateur ?

         Sylvain lève un sourcil d'une blondeur irréelle.

         — Ange, je veux bien, mais pourquoi exterminateur ?

         — Pour me rendre un petit service.

         — Tu veux assassiner quelqu'un ?

         — Voui.

         — Qui ça ?

         — Samy Frey.

         Ils se tordent.

         — Fais pas attention, renifle-t-elle, j'suis faite.

         — Il ne t'en faut pas beaucoup, dis donc. Deux bières !

         — Trois.

         — Y en a une qu'a fini par terre.

         — Alors, deux et demi.

         — Deux demis et demi (rire)

         — C'est parce que j'ai pas l'habitude, plaide Nora. Nous, les ploucs, on est sains. On respire le grand air et on se pinte au lait de vache. Du coup, on n'assure pas.

         — Mouais... Tu n'aurais pas dû picoler, finalement.

         — T'es gonflé ! C'est toi qui m'as poussée, je te signale.

         — Je pouvais pas deviner que t'étais une nymphe des bois.

         Après les fleurs, la nymphe. L'ange a la muflée bucolique. Ça va être quoi, dans une heure ? Vénus sortant de la Kronembourg ?

                                                                                                                            (A suivre)

 

        

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 02/04/2013 10:04

Tu te méfies des anges, toi ? Au fait, t'as p't'être raison...

Pata 02/04/2013 08:05

Hey, une nymphe des bois et un Sylvain sont forcement taillés du même bois ! Je comprend mieux leur entente immédiate -même si je reste quand même sur mes gardes, ce que ferait bien de faire la
naïve Nora- !

gudule 08/03/2013 16:44

Avec ou sans nymphe aux mannes ?

Castor tillon 08/03/2013 15:29

Très marrant, cet épisode. Je m'en suis repris une petite louche.

Castor tillon 08/03/2013 01:25

Si on parle allégorie, plutôt que la Vénus à la Kronenbourg, je verrais bien la nymphe aux mannes.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories