Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 07:56

Chapitre 62

  Résumé des chapitres précédents : Point de chute, la frangine. Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

 

         Dans la cuisine Habitat haut-de-gamme, Jean-Baptiste, déjà attablé, dispute les corn-flakes à sa sœur Lucie. Anne les houspille :

         — Dépêchez-vous, vous allez être en retard !

         Puis elle invite Nora à s'asseoir et lui verse une tasse. Avec des précautions de grande blessée, Nora porte le liquide brûlant à ses lèvres. Lucie renverse son bol, se fait engueuler, réplique, quitte la table en beuglant :

         — J'en ai marre !

          Nora repose sa tasse sans avoir bu. Tout ce tintamarre la perturbe.

         — Vite, les enfants, il est huit heures moins dix.

         « Quel bruit ! pense Nora, quelle agitation ! J'ai mal à la tête. »

         Voilà le mari qui déboule, à présent. Ajustant sa cravate.

         — Ma pochette ! éructe-t-il. Est-ce que quelqu'un a vu ma pochette ?

         Avisant sa belle-sœur.

         — Tiens, Nora, quel bon vent t'amène ? Anne, où est ma pochette ? 

         — Dans le tiroir de la salle de bains.

         Il repart. Anne consulte sa montre.

         — Excuse-moi, je dois me préparer, j'ai une audience au Palais à neuf heures.

         Elle s'éclipse à son tour. La porte d'entrée claque : ce sont les gamins qui partent. L'époux revient, avale son café debout, demande :

         — Comment ça va ? Tu es bien matinale aujourd'hui. Ciel, déjà huit heures, il faut que je file. Tu seras là ce soir quand je rentrerai ?

         — Je ne sais pas, murmure Nora.

         Il n'a pas entendu : il est déjà dans le vestibule.

                                                                                                                                    (A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 13/07/2013 16:00

Lol, j'aime ce titre là ! N'empêche oui, c'est vraiment un autre monde, la ville. Je le sais, j'y vis !!

gudule 11/04/2013 13:16

Ouaip, et aussi malaise et balèze. ça ferait un joli titre de polar : Malaise balèze en Malaisie

Tororo 11/04/2013 10:29

Il y a a malaise et malaise.

gudule 10/04/2013 19:34

Ben finalement, vous êtes exactement du même avis : vous l'exprimez juste de manière différente...

Castor tillon 10/04/2013 19:24

Eh oui, cher Benoît, c'est toute la différence entre le rat débile et le rat bêchant. Toutefois, quand le Castor avait son barrage dans le grande ville, il était tous les jours à la bourre d'au
moins une heure à son boulot. C'est peut-être une question de personnes...
Faut dire que le Castor est quand même foutrement indolent, heureusement que tout le monde n'est pas comme ça.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories