Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 10:19

Chapitre 117  

 

— T'as un endroit où dormir ? s'inquiète Yvette, qui a récupéré Benjamin au passage.
    Nora, à qui s'adressait cette question, hésite. En un flash, elle visualise le couple endormi, pépète et pochard sur Dieu sait quelle paillasse, marinant dans des relents vineux.
    Il ne pleut plus, la nuit est clémente, le ciel dégagé. Dans son harem d'étoiles, la lune fait la roue. Pourquoi s'empuantir ?
    — Pas de problème, sourit-elle.
    Les cinq femmes se dit au revoir, bisou ma chérie, au mois prochain, faut que je rentre en banlieue et, à pince, j'en ai pour deux plombes. Nora, ce fut un grand plaisir. Si t'as besoin d'un coup de pouce, on est là, demande nos adresses à Yvette.
    — On h'emhrasse ? revendique Florida.
    Allez, on s'embrasse. Surmontant les remous qui lui soulèvent la tripe, Nora effleure l'écharpe des lèvres. Sacré steack trop cuit, va, t'as drôlement besoin de mamours !
    Elles s'éparpillent tous azimuts. On ne voit déjà plus, quai des Grands-Augustins, qu'une silhouette accorte surmontée d'un chapeau, et, vers Notre-Dame, une grosse religieuse qui se hâte. En direction du Luxembourg, un fort des Halles perché sur des talons aiguilles et, remontant jusqu'à Saint-Germain, une petite vieille en minijupe qui houspille un ivrogne.
    Nora, assise sur son sac au pied de la fontaine, les regarde s'éloigner, disparaître, puis se demande : qu'est-ce que je fais ? Les rares passant lorgnent vers elle : la grande bouche écarlate et la crinière d'ébène ne manquent pas d'attraits, pour qui s'en tient aux apparences. De la femelle en bonne et due forme, désœuvrée, disponible peut-être. Peut-être même en manque ! Bref, un trou à combler. À certaines heures de la nuit, une homme sur deux est un terrassier en puissance.
    Un souffle précipité à portée de son oreille tire Nora de sa torpeur.
    — Vous attendez quelqu'un ? Me voici.
    — Va te faire ! aboie-t-elle.
    Elle saute sur ses pieds, jette son sac sur l'épaule et se dirige vers la Seine à grandes enjambées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 22/07/2013 15:38

Bien vu, le portrait de la femme, dans la rue et le rut !

gudule 21/06/2013 06:35

Boah... un truc de vieux parisiens, ça...

Tororo 21/06/2013 02:40

Joli instantané nocturne, avec talons dont le claquement s'éloigne sur les pavés: on s'y croirait, sur ce quai des Grands-Augustins.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories