Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 08:03

Chapitre 71

 Résumé des chapitre précédents : Ce petit déjeuner en tête à tête avec Lulu n’est pas franchement réjouissant. En un mot comme en cent, la danseuse tire la tronche. « Me fait-on comprendre que je suis de trop ? s'interroge Nora, en proie à une parano galopante. Ou a-t-on simplement des réveils difficiles ? »

 

         Ignorant, volontairement ou non, les questions qu'elle suscite, le zombi femelle se beurre une tartine d'un geste mécanique.

         « C'est un robot », pense Nora dans un éclair.

          Enfant, elle avait été follement impressionnée par les automates du musée Grévin. Ces dermes glacés, trop lisses, trop jaunes, ces mouvements répétitifs et saccadés.... Une parodie de vie, digne, en somme, de la Germaine — le groin en moins.

         Consciencieusement, l'androïde découpe une mouillette, la trempe dans son café. L'absorbe. Lève les paupières. Sous les cils encore gras de rimmel déferle un regard.

          « Je me suis trompée, se ravise aussitôt Nora. C'est vivant. Oui, oui, j'en suis certaine. L'œil des poupées est rond comme celui des poissons, pétrifié, grossièrement incrusté dans des orbites sans vibrations. Tandis que là, j'en mettrais ma main à couper, j'ai vu frémir quelque chose. » 

         — Vous n'avez pas l'air très en forme, risque-t-elle.

         L'autre, pas là. À des milliers d'années lumière. Dans une galaxie particulièrement éloignée. 

          « Voyons, raisonne Nora, chez qui l'inquiétude se mue peu à peu en perplexité, quelle ressemblance y a-t-il entre cette nana et le souvenir que j'en ai gardé ? Pas la moindre, à bien y réfléchir. Il ne s'agit pas de la même personne. Ou alors, ma mémoire me joue des tours. Étais-je donc tellement bourrée, ce jour-là ? J'ai vu — si, si, je le jure ! — une gigantesque merveille, une sculpture d'ébène et de saphir. Je m'en rappelle nettement, elle m'a marquée, pensez ! Cette cascade de reflets si étroite et si longue, et si nue sous ses scintillances de panthère... Et le triangle parfait du visage... Et le dédain, le dédain, j'en grelotte encore. Quand elle marchait, ses talons en lame de couteau semblaient trancher le sol !

          «  Non, ce n'est pas Lulu Martinez que j'ai devant moi. L'ange a dû changer de compagne, ou recueillir sa vieille mère. Ou héberger une pauvresse, est-ce que je sais ? Les anges, c'est généreux, j'en suis la meilleure preuve. Et moi qui balisais... » 

                                                                                                                                  (A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 17/07/2013 11:49

Si l’œuf est à la coque, la danseuse n'est pas à la coquetterie on dirait !

gudule 22/04/2013 06:50

Ah, ça, quand on est trop gentil...

castor tillon 22/04/2013 03:05

La collection de casse-burettes de l'ange commence à s'étoffer, en effet.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories