Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 07:08

Transfuge

  Fin 1990, chez Grasset Devant la machine à café, on parle de J.H., auteur qui monte.

         — J’ai lu son premier manuscrit quand je bossais au Fleuve Noir, fanfaronnai-je. Le choc ! Son texte m’a tellement plu que, lorsqu’on s’est revus, je lui ai sauté au cou.

         Tout le monde rigole puis retourne à ses occupations, sauf un jeune stagiaire, resté en retrait.

         — J’ai écrit un roman, me dit-il en rougissant. Mais je n’ai jamais osé le montrer à personne. Vous ne voudriez pas y jeter un coup d’œil ? 

         Sans attendre ma réponse, il me tend une pile de feuillets.

           Ne vaudrait-il pas mieux vous adresser à vos collègues ? suggérai-je. Ce sont des professionnels de l’édition, ils seront plus à même que moi de vous aiguiller...

         — Je préfèrerais d’abord avoir votre opinion, rétorque le stagiaire.

         Et, avec un sourire craquant, il ajoute :

         — J’espère que, moi aussi, vous me sauterez au cou !

          De retour à la maison, je me plonge dans le manuscrit qui, au bout de quelques pages, me tombe des mains. L’histoire est incompréhensible, prétentieuse, truffée de fautes d’orthographe et d’erreurs de syntaxe. Un vrai pensum !

         Me voilà bien embêtée. Comment dire au pauvre gars que sa prose est à chier ? Et qui suis-je, moi, pour m’autoriser un pareil jugement ? Assassiner Mozart, c’est pas vraiment mon truc...

         Mais bon, s’il tente de faire publier cette merde, il va en prendre plein la tronche. N’est-ce pas mon rôle d’aînée de lui éviter ça ?

          Après moult tergiversations, je choisis la méthode la plus lâche – celle qu’utilisent les éditeurs, et contre laquelle je me suis élevée tant de fois. Je lui envoie une lettre expliquant, en substance, « qu’en dépit de ses indéniables qualités littéraires, son roman a besoin d’un sérieux retravail ». Et de peur qu’il me demande des éclaircissements, je ne remets plus les pieds chez Grasset pendant six mois. 

       Ainsi passe-t-on, sans le vouloir, dans le camp adverse. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 11/04/2012 21:29

Exact. Il peut arriver qu'on se surprenne nous-mêmes. Mais c'est plutôt rare, non ?

Odomar 11/04/2012 21:23

Il y a toujours des exceptions à la règle ! Mais j'essaie de les limiter au maximum...

gudule 11/04/2012 19:12

Ah, ça, relire nos "œuvres de jeunesse", c'est mortel ! Un truc à rentrer sous terre, sans blague !

Castor tillon 11/04/2012 18:25

Quand j'étais ado, j'ai écrit des petites nouvelles, à caractère fantastique surtout. Je ne les ai montrées à personne, et des années plus tard, je les ai relues. Et j'ai tout foutu à la benne : ça
ne valait rien. Les idées étaient bonnes, mais c'était du style "je m'écoute écrire". Tant que notre écriture n'a pas atteint une certaine maturité, et qu'on n'est pas suffisamment lucide pour s'en
rendre compte, les professionnels ne peuvent rien pour nous.

gudule 11/04/2012 17:27

@ Benoît : en gros, tu avais eu du flair malgré toi... On aimerait rencontrer plus souvent de tels éditeurs, même amateurs !
@ Mélaka : En BD, ce genre de truc arrive tout le temps. Je pense qu'il est très difficile d'avoir un regard objectif sur son propre travail. Mais en même temps, servir de tremplin à un débutant
est une belle vocation !
@ Odomar : c'est sa sagesse. Et il ne t'arrive jamais de craquer ?

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories