Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 07:07

Gudul’s connexion 

  En 1999, invitée par l’Alliance Française de La Paz, je me rends en Bolivie. Avant mon départ, des amis qui connaissent bien le pays rm’ont prévenue : à 4000 mètres d’altitude, la respiration est laborieuse et le cœur dérouille. Les Européens ont souvent des malaises.

         — Pour éviter tous les problèmes, fais comme les Indiens, mâche des feuilles de coca, me recommandent-ils. C’est un  stimulant cardiaque naturel, utilisé depuis des millénaires.

         Je suis ce conseil à la lettre. Rien de plus facile, d’ailleurs : cafés, restaurants, magasins, administrations mettent, à la disposition du public, des petits ramequins remplis de ces feuilles qui ressemblent à du laurier. De plus, la boisson de base de la population est le « maté de coca », une infusion servie le matin, à mon hôtel, et en journée, dans tous les bars de la ville. Bien que le goût ne soit pas terrible, je remplace donc mes habituelles pauses-café par des pauses-maté, et m’en trouve bien.

         La veille de mon retour, je me dis : « Si je ramenais un peu de ce breuvage à Sylvain ? » et j’achète, dans le supermarché du coin, un paquet de cent dosettes vendu au rayon thé. Puis je prends mon avion, sans arrière-pensée.

          Or, je voyage par la TAM, compagnie aérienne brésilienne. Ni le personnel, ni les passagers ne parlent français. Ce n’est, en soi, pas très dérangeant, jusqu’à l’aterrissage à Charles de Gaulle. Car au moment où l’avion se pose — de manière un peu chaotique, ce que, plongée dans un bouquin, je remarque à peine —, le pilote annonce quelque chose au micro, et les hôtesses passent dans l’allée en nous exhortant à rester assis. 

         Un quart d’heure s’écoule sans que les portes s’ouvrent. J’en demande la raison à mes voisins qui me répondent en portugais ou en anglais, deux langues que je ne comprends pas. De ma place, je n’ai pas accès aux fenêtres mais des lueurs de girophares me parviennent par intermittences.

         C’est alors que l’évidence me fond dessus.

         « Mon maté de coca ! »

         Dans ma tête s’élabore aussitôt un fulgurant scénario-catastrophe. La brigade des stups a eu vent de mon achat. En ce moment même, des chiens sniffeurs fouillent la soute à bagage ; les flics retiennent les passagers jusqu’à ce qu’ils aient coincé le coupable — c’est-à-dire moi, devenue par inadvertance trafiquante de cocaïne... Dans un  état de panique indescriptible, je prépare ma défense : « C’est juste de la tisane, monsieur le commissaire, pas une drogue, je vous jure ! Je me suis renseignée au consulat de France, et on m’a assuré que ce produit était légal. Vous pouvez les appeler, ils vous confirmeront. Tout le monde boit ça, en Bolivie, même les enfants ! » Hélas j’ai beau tenter de me rassurer, la peur enfle, enfle. Quand, enfin, les portes s’ouvrent, elle a atteint son paroxysme.

         Des hommes en uniforme montent à bord et font sortir un à un les voyageurs, en leur recommandant — en français, cette fois — de ne pas s’affoler : ils maîtrisent la situation. Toute fuite s’avérant impossible, je me laisse entraîner vers l’inévitable garde à vue... 

         Sur le tarmac, des ambulances, des fourgons de police, des voitures de pompiers nous accueillent, et pour cause : l’avion a quitté la piste et s’est embourbé jusqu’au ventre dans la pelouse. C’était donc ça, les secousses ressenties lors de l’atterrissage ? Mais alors, ce déploiement de forces ne m’était pas destiné ?

         On a juste frôlé l’accident mortel ?

         Ah bon ?

         Quel soulagement !  

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 18/04/2012 07:44

Moi, maso ? Tu rigoles ! C'est pas de la déception que tu sens, mais du soulagement. Je crois que la peur du gendarme, chez moi, surpasse, toutes les autres. Comme aurait dit Brassens : si je
traverse dans les clous, c'est pour ne pas avoir affaire à la police. Cet homme-là était un sage.

Odomar 18/04/2012 03:04

A la fin de cet épisode, on sent comme une légère déception.

N'as-tu pas une espèce de besoin, voire de désir de souffrir ? Je ne dis pas maso, mais....

gudule 15/04/2012 22:16

Je te laisse l'entière responsabilité de ces statistiques, sinon, on va encore prétendre que je fais de la discrimination virile.

Castor tillon 15/04/2012 22:05

J'ai remarqué qu'en général les femmes adorent l'avion. Les mecs que je connais (et moi-même) ont la pétoche. Et pourtant, on ne deale pas le maté de coca.

gudule 15/04/2012 21:48

Ah non, j'ai jamais eu peur en avion. Pourtant, j'ai essayé ! Je me suis efforcée d'imaginer l'impression que j'aurais si l'avion tombait ; j'y arrive pas. Et pourtant, dieu sait que je suis forte
pour me faire des films ! Mais ça, non. En revanche, je meurs de trouille quand un de mes proches part en voyage. Explique ça comme tu veux.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories