Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 06:48

Le carnet du futur

  Je n’étais pas, mais alors pas du tout, d’accord avec l’éducation de ma mère. Et pour être sûre de ne jamais suivre son exemple, je décidai, vers douze-treize ans, d’inaugurer un « carnet du futur » pour y répertorier ses erreurs. Histoire de ne jamais imposer à mes propres enfants ce dont j’avais, personnellement, eu à me plaindre.

         Cette initiative changea ma vie. Au lieu d’avoir peur de me faire gronder, je me mis à guetter la moindre réprimande pour vite, vite, la noter. «  Une de plus ! » me réjouissais-je à chaque fois. En véritable collectionneuse, je les classais par importance, selon leur degré de gravité ou leur fréquence, accompagnées d’un commentaire, du genre :

         Jeudi 25 mars 1958 : quand j’ai voulu raconter à maman ce qui s’était passé en classe, elle m’a interrompue en me disant : « Va ranger ta chambre ». J’écouterai toujours mes enfants, quand ils me raconteront quelque chose, et j’attendrai qu’ils aient fini pour leur faire des remarques.

         Ou encore : 

          Lundi 2 avril 1958 : maman m’a enguirlandée parce que j’avais épousseté les meubles en contournant les objets posés dessus. Quand j’ai prétendu que jes les avais retirés, elle m’a punie. J’ai dû écrire cinquante fois « Je suis une menteuse ». Jamais je ne ferai faire des lignes à mes enfants. Et la poussière restera où elle est.

         Il y avait aussi ses petites manies qui, jusque là, ne m’avaient guère dérangée, mais sur lesquelle, soudain, je focalisais. Son habitude de citer des proverbes à tout propos ou d’émailler ses phrases d’interjections wallonnes. Son côté soupe au lait. Ou encore, sa précipitation à débarrasser la table avant qu’on ait fini de manger... Bref, je me mis à épier ses faits et gestes — même quand ils ne me concernaient pas — pour y trouver de quoi alimenter ma quête.

         Cela dura presque un an, puis je délaissai le « carnet du futur » pour d’autres occupations, plus épanouissantes. Et je l’oubliai.

         Quatre décennies plus tard, en vidant le grenier de mes parents décédés, je le retrouvai, au fond d’une malle. Ma mère l’avait pieusement conservé, avec mes cahiers de classe et mes premiers poèmes. Je fus épouvantée à l’idée qu’elle l’ait lu.


Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 21/04/2012 07:31

Possible... mais la pauvre femme a dû en prendre plein les dents ! J'en frémis !

Castor tillon 21/04/2012 04:33

Les psychologues estiment que les enfants ont tendance à reproduire plus tard ce qu'ils ont vécu avec les parents, si c'est le cas, tu as adopté le réflexe qui sauve l'avenir.
Ta mère a probablement lu le carnet du futur et l'a pieusement tu.

gudule 20/04/2012 16:15

Ce serait, effectivement, à mes enfants de répondre. parce que même si j'ai soigneusement évité les erreurs de ma mère, j'ai dû en faire d'autres, peut-être bien pires !
Ouais, les livres blanc, j'adore ! Et un recueil d'insultes, pourquoi pas ? T'es le roi des bonnes idées, toi, ma parole !

Odomar 20/04/2012 15:41

Ce genre d'exercice est assez jouissif, en effet.
On en sait jamais quoi faire de ces beaux "livres blancs" qu'on reçoit parfois en cadeau. A mes débuts de journalistes, je pris l'habitude d'y coller les meilleures insultes découpées dans des
lettres de lecteurs. Je le conseille, c'est complètement hilarant !

Odomar 20/04/2012 15:39

Devenue mère, as-tu bien suivi tes propres préceptes ? A tes enfants de témoigner !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories