Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 06:51

Sœur Sourire et le diable

   Dans les années soixante sévissait, chez les sœurs, une coutume que nous, élèves, aimions beaucoup : la retraite. Durant trois jours, les cours étaient remplacés par des prêches, des méditations et des chants religieux. Afin de nous « couper » de notre quotidien, ces moments d’intense spiritualité se déroulaient dans un couvent, à la campagne — car chacun sait que la nature élève l’âme vers le Seigneur.

         L’année de mes seize ans, nous échouâmes chez les dominicaines de Waterloo.

         La religieuse chargée de notre groupe était jeune, sympathique, avec de grosses lunettes et un petit côté « cheftaine ». Elle jouait de la guitare et, pendant les pauses ou les veillées, poussait la chansonnette. Comme ses rengaines étaient faciles à retenir, nous reprenions le refrain en chœur.

         En rentrant à Bruxelles, toute la classe fredonnait « Dominique, nique, niques » dans le car. Deux ans plus tard, c’était un tube mondial.

         Lors de mon séjour au Liban, j’eus la surprise de voir mes copains hurler de rire en l’écoutant. C’est à cette occasion que j’appris le sens du mot « niquer », issu de l’arabe et encore inconnu en Europe. La brave sœur Sourire avait, à son insu, composé une chanson triviale, digne de « Bali balo » ou de « La grosse bite à Dudule », et l’avait fait chanter à des milliers de fillettes avant qu’elle se propage sournoisement sur les ondes.

         Qui oserait prétendre, après ça, que le diable n’existe pas ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 11/05/2012 22:29

Ouaip ! En revanche, sodomie, pas tellement...

Castor tillon 11/05/2012 18:40

On emploie tellement le mot "amour" dans la religion, avec tellement de façons de le galvauder...

gudule 11/05/2012 07:01

Ah ah ah ! Voilà une petite histoire comme je les aime ! C'est presque trop beau... Il aurait pu faire involontaire l'apologie de, je ne sais pas, moi, la machine à café ou le cirage de pompes. Ben
non : de la sodomie, tout simplement. On aurait dû le marier avec soeur Sourire !

eole 11/05/2012 04:41

ahah ! j'adore ce genre de malentendus.

Castor tillon 11/05/2012 04:19

Qu'est-ce qu'on a pu rigoler avec les potes ! Cependant la mélodie est jolie, et aujourd'hui encore , on l'entend sous forme de jingles, de sonneries de téléphone...
Une amie en lisant cette solitude m'a raconté l'histoire de ce missionnaire qui prêchait en Afrique dans la langue du bled (une langue à clics). Un de ses sermons en particulier déchaînait la joie
et la ferveur, au point que, ravi mais étonné quand même, il finit par en demander la raison à un natif : en fait, ses intonations n'étaient pas justes, et il faisait tout simplement l'apologie de
la sodomie.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories