Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 07:17

Gédéon

          Pendant mon mois de vacances au château d’oncle Albert naquit, dans l’étang, une portée de canetons.

         — Je t’en donne un, si tu veux, dit Léon, grand prince. Choisis-le.

         Après avoir longuement tergiversé, je jetai mon dévolu sur un petit canard que je prénommai Gédéon, comme le héros des livres de Benjamin Rabier.

         Très vite, j’éprouvai pour lui une véritable passion. Vingt fois par jour, je lui rendais visite, munie de bouts de pain, de biscuit, de brioche qui lui étaient exclusivement destinés. Je chassais tous les autres s’ils voulaient y toucher ! Aussi, dès que mon caneton m’apercevait de loin, se précipitait-il vers moi en cancanant. Ce que j’interprétais comme un signe d’affection...

         —Il m’aime plus que sa maman, affirmais-je à Léon, qui ne me contredisait jamais.

         Hélas, mon séjour touchait à sa fin, et vint l’heure de la séparation. Je pleurai en quittant Gédéon, et fis mille recommandations à mon cousin, qui promit tout ce que je voulus. Oui, il vieillerait sur lui, oui, il le gâterait, oui, il lui parlerait de moi, oui, il me donnerait régulièrement de ses nouvelles...

         Il n’en fit rien, bien entendu. Et aux vacances suivantes, mon premier soin fut de courir voir Gédéon.

         Il avait disparu.

         Léon, pressé de questions, finit par m’avouer que, peu de temps après mon départ, il était passé à la broche.

         — Forcément, c’était lui le plus gros, précisa-t-il. Avec tout ce que tu lui donnais à manger...

         Ainsi appris-je avec effroi que l’amour le plus pur peut être meurtrier. Ce fut une grande leçon de vie, je trouve ! 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 09/06/2012 13:46

Bah, il me suffit de savoir que ce Saturnin-là est belge pour que s'éteigne en moi tout désir sacrilège (oups ! Un alexandrin !). De toute façon, un homme qui publie d'aussi bons textes mérite
qu'on jeûne un peu. Parce que bon, déjà que les éditeurs ne courent pas les rues, si on commence à les bouffer, qui c'est qui publiera nos textes ? Les canards ?

Lunatik 09/06/2012 13:32

Mon éditeur étant un être exquis*, sans même qu'il soit besoin de le laquer, je vous interdis formellement toute tentative de gavage ou d'engraissement sur sa personne (de toute façon, en fin de
salon, généralement il est à point, avec tout ce qu'on s'empiffre sur (et hors) le stand...)


*un oiseau rare, en somme, ce Saturnin

Gudule 08/06/2012 12:54

Bah, je le connais, ces éditeurs : il suffit de les appeler "mon canard" pour qu'il craquent !

Castor tillon 07/06/2012 22:59

Noël est encore loin, il a le temps d'engraisser un peu.

S'il tombe sur cette page, je peux faire ma prière. Il est balaise, en plus.

Gudule 07/06/2012 22:56

Oh mon dieu, le pauvre homme !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories