Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 07:15

Pierre

  Au cours d’un de ses séjours chez nous, maman, tourmentée par notre athéisme recurrent, décide de prendre les choses en main. Elle expose la situation au curé de la paroisse, un dénommé Pierre, ma foi fort sympathique. À sa demande, il se présente chez nous et nous explique avec diplomatie que bon, si on ne croit pas en Dieu, no problemo : sa visite n’est pas professionnelle mais amicale. Dans ce cas... On l’invite à boire un p’tit coup, ce qu’il accepte sans hésiter.

         — J’ai passé un fort agréable moment, nous dit-il en s’en allant.

         — Reviens quand tu veux, lui répondons-nous.

         Il ne s’en prive pas. Une amitié naît — sans que, par un accord tacite, la question religieuse soit jamais abordée. Pierre est un joyeux drille, il aime rire, plaisanter. Nos idées politiques se rejoignent. Bref, en dépit de sa soutane (que, d’ailleurs, il ne porte jamais), nous sommes sur la même longueur d’ondes.

         Cette agréable relation durera plusieurs années.

         Jusqu’à ce que Pierre fasse des avances à Olivier, âgé de douze ans.

         Avances qui marqueront notre fils à vie, et dont il narrera les péripéties dans son album Pourquoi j’ai tué Pierre, illustré par Alfred.

         En tentant de nous remettre dans le droit chemin, ma sainte femme de mère n’avait pas prévu ça.

 

pierre 4

Extrait de l'album "Pourquoi j'ai tué Pierre", d'Olivier Ka et Alfred, paru aux éditions Delcourt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Odomar 18/07/2012 12:35

Tu as vu LES FANTOMES DE GOYA ? Cette scène très jouissive où le père de famille, dont la fille moisit dans les cachots de l'Inquisition, kidnappe l'inquisiteur et le soumet à la question, avec les
mêmes méthodes...

Gudule 18/07/2012 12:28

Certes... C'est exactement ce que j'ai dit : il aurait au moins pu me demander à moi ! (remarque, j'avais un mari hyperjaloux, mais bon...)
Les curetons, ils adorent la souffrance... mais peut-être pas quand c'est eux qui l'éprouvent, hein (ccf les Inquisiteurs) !

Odomar 18/07/2012 10:57

Quant à Machin 23, sous sûre qu'en plus il aimerait ça ! Les atroces souffrances, c'est leur trip...

Odomar 18/07/2012 10:56

Tu touches du doigt l'essentiel, qui n'est pas le sexuel (la masturbation, ça existe, même s'ils en ont fait - aussi - un péché) mais l'affectif ! On comprend que ça les rende fous. mais bien sûr
le traumatisme infligé à un enfant est une horreur. Toi, tu te serais bien dévouée, tiens ! (Jean Renoir in La Règle du jeu : "S'il faut m'sacrifier, je m'sacrifierai"...)

Gudule 18/07/2012 07:51

Cent pour cent d'accord avec toi, Odomar ! D'ailleurs, Pierre nous parlait souvent de sa solitude affective. "Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c'est dur !" disait-il. Ça n'excuse pas le
fait qu'il s'en prenne à un enfant, évidemment, mais ça l'explique. Comme ça explique toutes les dérives du même genre dont l'église catholique a été le théâtre ces dernières années. Obliger des
hommes dans la force de l'âge à un célibat forcé est non seulement inhumain mais dangereux. C'est créer de toute pièce une délinquance qui a fait des milliers de victimes (et dans le mot "victime",
j'entends aussi le "bourreau"). Et que cette aberration ait pour moteur le fric - toujours ce satané fric - ça fout vraiment la gerbe !
Quant à monseigneur Machintruc, on ne peut que lui souhaiter de mourir dans les pires conditions qui soient, sans une main secourable pour arrêter les frais !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories