Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 05:48

Condoléances

         J’ai besoin de rire comme de respirer, c’est physiologique. Mais quelquefois, ça joue des tours. Surtout après un deuil récent.

         L’autre soir, en sortant de l’épicerie, je suis tombée sur une scène hilarante : le yorkshire de ma copine Inès en train d’enculer celui de Mme J. Comme cette dernière, indignée, tentait de les séparer, Inès s’interposa :

         — Laissez-les tranquilles, voyons ! Ils ne font rien de mal !

         Je crois qu’elle était contente de voir son toutou content. Quoi de plus légitime ?

         Mais Mme J. ne l’entendait pas de cette oreille.

         — C’est dégoûtant ! trépignait-elle. Arrête ça, Pompon ! Viens vite chez maman ! Éloigne-toi de ce sodomite !

         Le mot n’a pas plus à Inès qui a lancé, vengeresse : 

         — Si vous êtes contre le mariage gay, dites-le tout de suite !

         Bref, le ton montait, au rythme des coups de reins de Yorkshire n°1 et des halètement de Yorkshire n°2.

         Moi, je me bidonnais... jusqu’à ce qu’une troisième voisine s’approche, la mine défaite, pour me présenter ses condoléances.

         Mon rire s’est coincé dans ma gorge.

         Je me suis rarement sentie aussi ridicule.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Jean-Michel 14/01/2013 14:06

Ceci dit, d'accord à 500 % avec Castor car je suis moi aussi "spécialiste" des fous rires décalés, bien involontaires, lors d'enterrements ou de crémations... C'est pour moi un hommage au (à la)
défunt(e) quand on a partagé avec lui (elle) de grands moments de rigolade - j'ai connu le cas, l'an dernier, pour feu mon beau-père - mais ce n'est pas dans les moeurs conventionnelles. Tant
pis... C'est une affaire d'émotionnel intérieur, strictement individuel (ou partagé juste avec quelques proches), que le monde extérieur n'a pas à juger avec des critères non applicables. Mais
allez l'empêcher de commenter et critiquer, le monde extérieur...

Jean-Michel 14/01/2013 11:38

Péché de York... chair, no comment. Pas question de juger les chiens qui n'ont pas les mêmes valeurs que nous (eux, ils sont davantage dans le respect de la liberté de pensée, me semble-t-il), qui
ont la décence de ne jamais manifester, dont les aboiements sont souvent bien moins insoutenables que nombre de paroles et de discours intelligibles. Mais "nous ne méritons pas les chiens",
n'est-il pas, chère Gudule ?

gudule 13/01/2013 16:50

@ Nadège : Oh, ça, c'est gentil !
@ Flore : j'ai adoré ta petite histoire !
@ Donnlunnn : c'est irrésistible, hein ! Et quand les maîtresses s'écharpent à côté, c'est encore meilleur !
@ Castor : toi, question rigolade, tu me battras toujours ! Pourtant, on ne manque de cœur ni l'un ni l'autre, hein !
@ Benoît : Va faire comprendre ça aux bonnes gens pétries de préjugés !

Benoît Barvin 13/01/2013 13:37

Touchant...

Castor tillon 13/01/2013 13:10

C'est si bon de rire, c'est comme pleurer, ça lave l'esprit de toutes ses scories. Il y a des gens qui s'imaginent qu'un éclat de rire peut balayer à jamais l'amour, la tendresse et le respect
accumulés pendant des années. Pour un motif idiot, et sous le regard mortel des vieilles tantes confites dans leur religion, j'ai ri à l'enterrement de mon père que j'adorais. Trente ans plus tard,
il est toujours dans mon coeur, avec ses déconnades, sa gentillesse et ses enseignements.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories