Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 07:28

Je ne veux pas mourir avec une culotte sale

 Ne vous y trompez pas : ce n’est pas le titre de l’anecdote qui suit, mais bien celui d’un de
mes livres. Ou, du moins, ça aurait dû l’être...

                  Il y a une bonne dizaine d’années, j’avais, donc, écrit un roman fantastique intitulé : « Je ne veux pas mourir avec une culotte sale » (c’était, en fait, la première phrase du premier chapitre). Ce roman atterrit chez un petit éditeur, disparu depuis : Vert sceau. Le livre est programmé pour la rentrée littéraire, la couverture qu’on me propose me plaît beaucoup, la typo également, bref, tout baigne.

                  Or, les locaux de Vert sceau sont exigüs. Ils ne se composent que de deux bureaux : celui du patron, minuscule, et un grand où se trouve l’odinateur de la maquettiste (qui est également secrétaire, correctrice et attachée de presse). C’est là qu’on reçoit les visiteurs. La fabrication des livres se fait donc, si je puis dire, au grand jour.

                  Quelques semaines avant la sortie du roman, je reçois un e-mail d’un ami libraire qui depuis des années suit mon travail de près (et est donc au courant de mes futures parutions).

                  — Sais-tu, me dit-il, qu’une nouvelle portant ton titre vient de sortir dans « Pôle Art » (un zine de polardeux NDLA) sous la signature d’un certain Mick Laroche ?

                  J’en réfère illico au directeur de Vert sceau qui me dit connaître cette personne (il s’agit d’une auteure et non d’un auteur, comme son nom le laissait supposer).

                  — C’est une amie de ma secrétaire. Elle a dû voir ce titre sur les projets de couverture qui traînent dans son bureau... Ce n’est pas la première fois qu’elle nous pique des idées.

                  Cette affaire fait un certain bruit dans le petit milieu de l’édition parallèle. Le directeur de Pôle Art accepte de signaler dans le numéro suivant (à paraître en décembre) que ce titre a été « emprunté » aux éditions Vert sceau, et la coupable se fait remonter les bretelles. Ce qui ne l’empêche pas de m’envoyer, dans les jours qui suivent, un e-mail disant en substance : « Je suis la première à avoir utilisé ce titre, il est donc à moi ». Et comme je proteste, elle rétorque : « L’avez-vous déposé ? Non ? Alors tant pis pour vous », avant de conclure, avec une fort jolie mauvaise-foi : « Nous avons eu la même idée, c’est une simple coïncidence. Mais comme ma nouvelle est sortie avant votre livre, ce sera vous la plagiaire et non l’inverse. Et je peux même vous poursuivre en Justice, dates à l’appui ! »

                  Mon roman n’est pas paru chez Vert sceau, qui a déposé le bilan peu après. Il est resté dans le ventre de mon Mac jusqu’à ce que les éditions Bragelonne, des années plus tard, l’incluent dans mon recueil Les filles mortes se ramassent au scalpel, sous le titre «  Les Transfuges de l’enfer », mieux adapté à la teneur de l’intrigue que son titre d’origine. Le temps des culottes sales était bel et bien révolu... 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 25/01/2012 07:34

Allons, tu sais bien que c'est un débat sans fin... Je préfère le clore avec ce joli mot de Christiane Rochefort qui, lorsqu'on lui demandait sa profession, répondait : "Ecrevisse". Et moi... non,
pas femme de lettres, ça fait Sévigné. Bon, allez, disons romancière et qu'on n'en parle plus.

Odomar 25/01/2012 01:18

Le dictionnaire ? QUEL dictionnaire ? L'infâme Petit Larousse?
Bon, le débat serait interminable, il procède chez nos amies féministes d'une confusion entre sexe et genre. Moi, je fais de la résistance contre ça. Et si on me cherche, j'exigerai qu'un grand
acteur soit appelé un vedet (et non une vedette) et qu'une souris mâle soit désormais un souris. (Démonstration par l'absurde !).

gudule 24/01/2012 14:01

Oups ! Ils ont "retenu", évidemment. Pas "retenue" ! Ma parole, je mets des féminins où il n'en faut pas. Voilà qui va, bien sûr, verser de l'eau à ton moulin. Notre inconscient nous joue de ces
tours, parfois !

gudule 24/01/2012 08:09

Je suis parfaitement d'accord avec toi : autrice serait nettement mieux. malheureusement, dans le dictionnaire, il ont retenue "auteure" et "autrice" n'existe pas. Et, une fois de plus, ce que je
revendique n'est pas du féminisme mais de la syntaxe. Une langue où le féminin des noms de profession existe et n'est pas employé pour d'obscures raisons, est sans cesse bafouée dans sa logique
même. Et toc, j'ai dit. désigner une femme

Odomar 24/01/2012 01:58

Puisqu'on traite ici de langue française, je me permets de protester une fois de plus contre l'horrible "auteure", ce barbarisme pseudo-féministe que rien ne saurait justifier.
Dis autrice si tu veux, dis même auteuse : ce sera tout autant ridicule mais plus proche du français.

Et toc ! Comme on est toujours d'accord sur tout, ça nous fait enfin une pomme de discorde.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories