Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 07:48

Mata-Hari

   Bruxelles, 1964. Je fais des galipetttes avec mon relieur, vous vous souvenez ?  Comme il habite à cinq cents mètres de la maison, et a déjà eu des démêlées avec les flics pour détournement de mineures, j’ai intérêt à me méfier. Pas question que les voisins me voient entrer chez lui. Je n’ose imaginer la tête de mes parents, commerçant honorablement connus dans le quartier, s’ils avaient vent de ma conduite !

         Je mets donc au point un statagème digne de Mata-Hari.

         À cette époque, bien qu’âgée de dix-sept ans, j’en parais à peine douze. Petite, maigrichoune, les cheveux coupés à la garçonne, pas de seins, pas de hanches, vous voyez le genre ?  Pour passer inaperçue, il me suffit de me déguiser en femme. Dans un grand sac, j’embarque les accessoires de ma métamorphose : talons aiguilles, foulard, une pelote de ficelle en guise de chignon (c’est la mode des « tomates » sur le sommet du crâne, avec le foulard par-dessus), lunettes noires, rouge à lèvres, et du coton pour rembourrer mon soutien gorge.

         — Je vais à la bibliothèque, dis-je à ma mère.

         — Ne t’attarde pas, répond-elle.

         A mi-chemin entre nos deux maisons, il y a une cabine téléphonique aux vitres dépolies. Je m’y glisse et, en deux temps trois mouvements, change de look. Ainsi puis-je me rendre incognito chez mon amant (le joli mot !) et, au retour, faire la manœuvre inverse.

         Je suis convaincue d’être méconnaissable jusqu’au jour où je croise la boulangère qui me lance distraitement :

         — Bonjour, ma petite Anne. Comme tu as grandi !  

         Mince ! Mata-Hari est démasquée.


Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 16/02/2012 14:59

C'est un peu la caractéristique des "Solitudes" : maladresses, gaffes, manque de bol... On connaît tous ça !

Rainbow 16/02/2012 09:40

>w< j'adore! c'est vraiment pas de bol!

gudule 15/02/2012 17:22

@ Odomar : Bah, tu sais, se planquer dans les chiottes pour changer nos ballerines-socquettes contre des bas nylon-talons hauts, on l'a toutes fait... C'est en ça, d'ailleurs, que la scène de "La
petite voleuse" est touchante !

@ Castor : une espionne gaffeuse... Le summum du ridicule ! ça m'aurait bien convenu, finalement.

Odomar 15/02/2012 15:52

ça rappelle la scène de "La petite voleuse" de Claude Miller où Charlotte Gainsbourg, encore gamine, s'arrête (dans des toilettes publiques, je crois) pour enfiler des bas et des chaussures à
talons aiguilles.

Castor tillon 15/02/2012 15:02

Heureusement que c'était pas la boulangère du Thier-à-Liège qui t'avait déjà caftée !
En tout cas, elle a fait la reliure, ha, ha, entre la maigrichoune et cette belle jeune femme avec des formes, c'est plutôt flatteur.
Comme espionne, par contre, tu aurais été lamentable, désolé de te le dire.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories