Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 20:50

                                         Des souris et des femmes (ter)


           La mère d’Alex habitait un charmant studio , rue de la Roquette. Durant un bref séjour à l’hôpital, elle l’avait prêté à Mélanie (17 ans), qui raffolait de ces vingt-cinq mètres carrés (avec balcon), donnant sur le Père-Lachaise, d’une part, et sur une cour parisienne plantée d’arbres, de l’autre. Or, ce studio était « hanté ». La nuit, on y entendait, des bruits bizarres : frôlements, soupirs, couinements, course furtive.  De temps en temps, la chute d’un objet nous réveillait en sursaut. Et, le matin, de minuscules traces de sang souillaient parfois le bout de nos doigts ou de nos orteils.

           — Le fantôme est encore passé, disait en riant Mélanie. Regarde, il m’a mordu l’index !

           Mis à part ces petits incidents nocturnes, leur cohabitation se déroulait sans heurts. Il eût fallu bien davantage qu’un simple fantôme pour perturber ma fille !

           Ce fantôme, cependant, n’en était pas un, mais une souris blanche, échappée sans doute d’un logement voisin, qui avait élu domicile dans le tiroir à biscottes de la têta*.

           Le jour où Mélanie découvrit le pot-aux roses fut le premier d’une grande histoire d’amour. En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, Biscotte devint à la fois sa mascotte, sa compagne, sa muse, sa confidente, et sa partenaire favorite en grignotage de chamallows ou de pop-corn.

           Puis, un jour, la têta revint. Connaissant son aversion pour les rongeurs, Mélanie lui cacha, autant que faire se pouvait, sa nouvelle colocataire. Elle tenta même de l’emmener chez nous ; en vain. Biscotte avait ses planques, et dès qu’on cherchait à la capturer, devenait, au sens propre du terme « une souris fantôme ». De sorte que ma fille, la mort dans l’âme, fut bien obligée de l’abandonner à son sort.

           — Je lui fais confiance, disait-elle, cependant. Elle est maligne, elle s’en tirera toujours. D’autant que Têta ne voit plus grand-chose, et je l’imagine mal coursant une souris !

 

           Elle avait tort. Si Têta ne coursa pas la souris, elle s’adressa, en revanche, à une entreprise de dératisation,

           — Comme ça, l’appartement sera clean pour te recevoir, annonça-t-elle à Mélanie, un beau matin. Je te l’avais promis, tu t’en souviens ?

           Et de préciser, toute rayonnante d’amour grand-maternel :

           — J’ai transféré le bail en ton nom pour qu’il n’y ait pas d’embrouille avec le propriétaire, et j’ai payé six mois de loyer d’avance. Désormais, te voilà « dans tes murs » .

           — Et toi ?

           — Je retourne au Liban vivre auprès de ma sœur. Tu es contente, chérie ?

           En guise de remerciements, ma fille fondit en larmes. Car ce qu’elle aimait surtout, dans ce studio, c’était Biscotte. 

 

                                              *têta : grand-mère (en arabe)

          

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 20/08/2014 13:36

"Princesse Sarah" aussi, donne l'amour des souris...

Mais c'est un peu moins classe comme référence !

Gudule 15/08/2014 07:05

nous avions les mêmes lectures... je suis tout attendrie

Castor tillon 15/08/2014 00:36

J'ai une grande tendresse pour ces petits mollusques depuis que j'ai lu "Moustache et Trottinette", de Calvo.

melaka 14/08/2014 23:54

Rhooooo Biscotte

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories