Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:20

 

        

                                                     421201_426130634117769_1461033397_n.jpg

 

                                                   LA POUPÉE AUX ARAIGNÉES

        

 

         Le départ d’Olivier et Brigitte me rendit une autonomie que je croyais avoir perdue. En l’absence de ma belle-fille, il fallait bien que quelqu’un s’occupe de la maison, n’est-ce pas ? Je me réappropriai donc les lieux par un rangement en profondeur ; je  recommençai à cuisiner, à faire les courses, à payer les factures, à répondre au courrier en retard — tout cela épaulée par  Castor qui, comprenant d’instinct mes besoins, m’offrait son aide sans pour autant me l’imposer.

         Parallèlement débutèrent des séances de radiothérapie, nous imposant un aller-retour quotidien à Albi — c’est-à dire plus de cent bornes par jour. Castor, selon son habitude, prit la chose avec bonhomie. Ainsi le personnel de la polyclinique vit–il se pointer, tous les après-midi, un couple de vieux amoureux dont la bonne humeur allégeait l’atmosphère d’une salle d’attente, ma foi, légitimement morose.

         Vu l’état de mon crâne, bosselé et couturé d’une part, fortement dégarni de l’autre, j’avais adopté le look casquette-salopette qui, bien que peu flatteur, avait le mérite d’être marrant. Certes, Castor m’eût préférée plus féminine, mais vu la conjoncture, ces critères n’étaient pas de mise. Les vieilles Barbies à moitié chauves en robes coquines, merci bien !

         Mon image reflétée par la glace me ramenait souvent à Martine, une poupée d’avant-guerre en carton bouilli, ayant appartenu à ma marraine. Les rares mèches encore implantées dans sa calotte crânienne — par ailleurs amovible — me servaient à faire pivoter son scalp, ce dont je ne me privais guère, et pour cause : une araignée  avait élu domicile dans sa tête. Elle s’était même délestée de trois gros œufs blancs à hauteur des  yeux, dont le système d’ouverture et de fermeture ne fonctionnait plus depuis belle lurette. Je suivais avec un intérêt mâtiné de répugnance l’évolution du phénomène, qui semble, avec le recul, avoir influencé  bon nombre de mes fantasmes. Si j’ai écrit, plus tard, « La poupée aux yeux vivants » et « la petite fille aux araignées », n’est-ce pas en souvenir de mes émois d’alors ? Et le rêve récurrent dont je parlais plus haut ne fut-il pas la conséquence directe de cette ponte saugrenue ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 22/12/2013 11:47

Bof, ça, ce sont mes mystères de l'inconscient. Mais va savoir...

GH 22/12/2013 01:14

De là à croire que tu as "PROGRAMMÉ" ton cancer, j'espère que tu n'as pas sauté le pas !
Bon, avec tout ça, j'ai une image à finir… A+

Pata 10/12/2013 19:03

T'as des résurgences d' araignées-poupées ??? Ben écoute, ça tombe bien, le Castor adore ces p'tites bêtes et en a fait de fort beaux portraits ! Tu disais ? C'est écrit ? Oui, et même photographié
:)))

Tororo 10/12/2013 15:04

Mais non, pas un bouquin, une chanson d'Higelin (pour les bouquins d'horreur, j'ai suivi ton conseil, je me suis mis à la diète).

Flore 10/12/2013 10:15

En fait, je lis souvent par vagues et ce dont j'ai envie sur le moment. Je peux avoir dit pendant des lustres "Nan, j'ai pas envie de lire ça." et puis d'un coup choper la série et la dévorer.
Par contre, quand je lis, le monde peut s'arrêter de tourner et je m'en fous. C'est un peu pour ça que je fais gaffe à pas trop me plonger dans la lecture, sinon la maison risquerait d'être
dévastée par 2 minis ouragans.
Alors, j'ai mon tas de lecture, un puzzle en cours, une todo-list qui menace de s'écrouler sur ma tête...

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories