Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 07:57

 

 

                               FLASH BACK (SUITE)

 

         Le décor est planté ;  venons-en aux acteurs : un couple débarqué dix ans plus tôt dans ce minuscule village du Tarn. Lui — Sylvain — la quarantaine épanouie, et si beau que toutes les femmes se retournaient sur son passage.  Elle — c’est-à-dire moi —, nettement plus âgée, auteure comblée de quelque trois cents livres fantastiques ; ayant tout deux fui le chaos parisien pour un retour à la nature  dont ils estimaient, sans doute à juste titre, qu’il couronnerait vingt ans de vie commune et deux carrières bien remplies.

         — Dans un décor pareil, j’écrirai mes meilleurs romans, affirmait-elle.

         (Leur nid d’aigle, une bastide médiévale perchée sur un à-pic rocheux de trois cents mètres, dominait, de toute part, des coteaux verdoyants.)

        — J’ouvrirai une galerie, se réjouissait-il. On y trouvera des ouvrages rares, des objets insolites ; un cabinet des curiosités, pourquoi pas ?  Et les œuvres des artistes locaux.

         Bref, les projets ne manquaient pas.

          Durant l’heureuse décennie qui avait suivi, certains d’entre eux  s’étaient concrétisés. Cette grange du XVIème siècle dont la restauration avait, saison après saison, mobilisé toutes ses énergies à lui, par exemple. Ou cette saga d’humour vaguement arthurienne dans laquelle elle s’était lancée à corps perdu et qui remportait un gentil succès.

         Ça baignait, quoi.

         Les villageois  avaient, sans réticence, adopté ces hurluberlus  à la niake communicative, d’autant qu’au fil du temps, la fille de l’une et le frère de l’autre s’étaient installés à proximité  — or cette famille-là débordait de joie de vivre…

         Qu’ajouter à l’idyllique tableau, sinon  que rien, alors,  ne semblait devoir l’altérer ?

         Etrange sensation que celle d’une éternité lente, immuable, d’où toute ombre semble exclue à jamais.  Le bonheur  confère à ses adeptes une sorte d’invincibilité gouailleuse. Ils étaient — nous étions — dans cet état d’esprit quand la laide maladie s’attaqua à Sylvain.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

@ GH : Gudule 19/12/2013 10:52

Oui, en la remontant, tu fonctionnes en flah-back et tout s'articule différemment (et peut-être mieux)

GH 18/12/2013 23:44

Dès la première ligne on comprend que ce bonheur que tu décris, c'est celui qui précède l'adversité, et qui prend alors toute sa valeur
J'ai repris l'histoire au début. c'est plus logique que de la remonter… Quoique…

; gudule 04/11/2013 18:21

Bah, ce sont les méandres d'une vie, ça. Un jour là, plus tard, ailleurs...Et un beau paysage, quelles que soient les circonstances, c'est toujours bon à prendre

Pata 04/11/2013 18:04

Quitter la ville pour se trouver soi... Bah, quoi, qu'il advienne, il y aura eu ces dix années, cette adoption des gens du pays et cette vie que vous avez partagé durant tout ce temps...

; gudule 04/11/2013 16:29

C'est parce qu'on ne s'est pas revus depuis tant d'années...

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories