Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 07:00

 

 

                                                         LES PITIÉS INTERDITES

 

 

 

              J’ai pu constater une chose surprenante : les personnes qui reçoivent en même temps une bonne et une mauvaise nouvelle sont si décontenancées qu’elles zappent la mauvaise pour focaliser sur la bonne.  Du coup, la pilule passe nettement mieux. Ça déconnecte le pathos pour laisser place à un sourire, voire à des félicitations. Ayant expérimenté avec succès cette méthode, je l’adoptai sans hésiter.  Dès lors, j’annonçai systématiquement : « Il m’arrive plein de choses, en ce moment : on m’a découvert  une tumeur au cerveau et je suis tombée amoureuse ». De la sorte,  je n’eus plus à subir ni lamentations ni regards apitoyés, et, par ricochet, l’on m’épargna aussi les jugements malveillants. Ceux que mon apparente faculté à rebondir choquait remballèrent vite fait leurs critiques — histoire de ne pas s’appesantir sur mon état de santé, je suppose  — et les autres, les plus nombreux, se réjouirent pour moi. Combien de fois m’a-t-on dit,  sans une once d’ironie : « Tu en as, de la chance ! », (ce qui était également mon avis, puisque le cadeau du destin contrecarrait brillamment sa vacherie.)

 

 

               Autre cadeau et non des moindres : l’été s’était enfin installé, et avec lui, une sensation de vacances qui vous mettait le cœur en fête. Comment, dans ces conditions, céder à la déprime, au désarroi, bref à l’auto-dévastation dont s’accompagne d’ordinaire la maladie ?

   —  Qu’est-ce que je deviendrais si tu n’étais pas là ? répétais-je souvent à Castor.

   — Tu te battrais, répondait-il.

   Me battre ? Toute seule ?  Jamais je n’en aurais eu la force — en dépit de tout ce qui donnait un sens à ma vie, à commencer par mes enfants.

    Me battre ? Pour quoi ? Quelle perspective ? Quel avenir  désespérant ? Quelle déchéance programmée ?

    Me battre ? Pour n’être plus, en définitive, qu’un boulet ?

        

        

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 14/12/2013 11:05

http://www.bide-et-musique.com/song/10528.html

Gudule 14/12/2013 09:11

Euh... Et celle-là, tu la connais :
C't'un castor nocambule
A bord d'un véhicule
Qui, dans un vestibule
Chaque nuit déambule...

Tu me laisseras une petite place sur ton siège, à l'Académie ?

Castor tillon 14/12/2013 02:07

Mouarf !!!

Le brâââme de la Gudule
Emplit le crépuscule !
Il couvre de ridules
L'étang, t'accule, virgule,

... euh... C'est tout !

Je pense qu'après avoir lu ça, les Académiciens vont s'entretuer à coups de dentier pour me laisser un siège, une épée de pacotille, et un costume de majorette à la noix.

Gudule 11/12/2013 07:18

Castor, des fois, tes jeux de mots sont aussi tordus que les définitions de maître Capello. Il a fallu que je répète quatre fois ces deux-là avant de comprendre. Je les ai criés par la fenêtre, on
aurait dit le brame du cerf et du coup, tous les chasseurs du coin sont accourus.

Castor tillon 10/12/2013 20:45

@ Mêo : Emile Coué de la Châtaigneraie s'était converti à l'ahmadisme dans le cadre de ses recherches. Les patients qui venaient à ses séances l'appelaient : ahmadi Coué. Il leur répondait
aimablement : "ahmadi keud".

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories