Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 07:26

 

                    MOI AUSSI, J’AI FAIT LA RÉVOLUTION   

 

Devant la mairie, la manif bat son plein. Les participants, de plus en plus nombreux, débordent jusque dans les rues voisines. Le parc, si calme tout à l'heure, est maintenant envahi par une foule de jeunes gens braillards, chevelus, dépenaillés, dont beaucoup ont le visage protégé par un foulard. Ils s'interpellent, grimpent dans les arbres, piétinent les pelouses ou pire.

D'ordinaire, Rose désapprouverait ces exactions, c'est sûr. Elle est plutôt respectueuse des lois, dans l'ensemble. Mais les slogans — Faites l'amour pas la guerre, Dans concession il y a con, L'imagination au pouvoir, ou encore Sous les pavés, la plage — qu'arborent les fauteurs de troubles sur leurs écriteaux et leurs T-shirts, lui vont droit au cœur. Ils correspondent tellement à ce qu'elle ressent depuis qu'Etienne lui a ouvert les yeux !

« Ce n'est pas vrai que cette révolution ne regarde que les Français, se dit-elle, sentant monter en elle l'exaltation de la lutte. Amir a tort, nous sommes tous concernés. La guerre du Vietnam, le racisme, les injustices sociales, le problème palestinien sont l'affaire de chacun ; c'est la mentalité du monde entier qu'il faut changer. »

Et, lorsque la police, mandée d'urgence, encercle le quartier :

C.R.S.S.S. ! hurle-t-elle, plus fort que les autres.

Cette altercation sous les lampions, jamais elle ne l'oubliera. Toutes les forces vives qui sommeillaient en elle s'éveillent subitement. Elle se sent combattante, égérie, pasionaria. Aussi, lorsque la foule entonne à pleine voix l'hymne séditieux de la chanteuse Dominique Grange : À bas l'état policier, reprend-elle le refrain. (Cependant, la vérité m'oblige à  reconnaître que, quand les matraques entrent en danse sur les "meneurs" des premiers rangs, elle reste prudemment à l'arrière — révoltée mais pas téméraire.)

Pneus brûlés… Échanges de projectiles divers… Mobilier urbain saccagé… Vitrines pétées… Tout y passe. Rose ne va pas jusqu'à perpétrer d'actes de vandalisme, non, mais elle les approuve. Les applaudit. Et les comptabilise soigneusement dans sa mémoire afin de pouvoir, plus tard, dire à ses petits-enfants : « Moi aussi, j'ai fait la révolution. » 

Elle ne regagne la rue de la Goutte d'or qu'à l'aube, transfigurée par l'expérience. Expérience qu'elle n'aura de cesse d'évoquer, sa vie durant. Cela lui vaudra, quelque vingt ans plus tard, le qualificatif de "vieille soixante-huitarde", qu'elle revendiquera avec fierté — bien qu'en toute honnêteté, elle ne le mérite pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 11/07/2014 19:52

Une révolution qui aura changé bien des gens, en plus d'avoir fait un peu avancer les choses !

joëlle pétillot 15/05/2014 12:04

J'étais en sixième, pour moi, c'était juste d elongues vacances. j'ai décidé d'être soixante-huitarde plus tard, quand j'ai compris. Depuis, j'ai pas arrêté. Décidéùent, elle me plaît cette Rose.

Gudule 14/05/2014 22:44

Mais t'es toujours un ptit jeune, mon Castor. Soixante-huitard ou pas.

Castor tillon 14/05/2014 22:40

Ah ben moi, chuis un ptit jeune : en mai 68, j'étais en grève dans mon lycée. Je suis donc un jeune soixante-huitard.

Gudule 14/05/2014 17:41

Dans mes bras, ma sœur !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories