Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 08:46

 

 

                                      LE BAISER AU POMPISTE

 

Une demi-heure plus tard, laissant femme et enfant endormis l'un contre l'autre, Amir s'en retourne à Zouk, annoncer la nouvelle au reste de la famille. Mais il est si heureux qu'en chemin, une envie impérieuse de partager sa joie le saisit. Or; il pleut des cordes et les rues de Jounieh sont désertes.

Soudain, une lueur attire son attention. Celle d'une pompe à essence. Il s'y arrête, klaxonne.

— Je suis papa ! annonce-t-il au pompiste, qui sort de sa guérite en bâillant.

Et il lui saute au cou avant de redémarrer en trombe.

 

 

                                               *

 

Lorsqu'Amir arrive chez lui, Rachad et Omane sont toujours debout.

— Alors ? s'écrient-ils d'une seule voix. 

            — C'est un garçon. Il est magnifique !

         Embrassades, congratulations. Omane essuie une larme.

            — Tu as un petit frère, chuchote-t-elle à son neveu qu'elle trimballe, depuis des heures, sur ses bras.

         Indifférent à l'heureux événement, Grégoire cache sa tête entre les puissantes mamelles.

— Qu'est-ce qui lui prend ? s'étonne Amir

            — Je ne sais pas, il est comme ça depuis votre départ.

C'est du dalaa*.

— Je ne crois pas. Je le trouve très chaud. Sens son front, toi qui as l'habitude.

— Tu as raison, il est brûlant. Eh bien, bichon, qu'est-ce qui t'arrive ? Viens voir papa.

L'enfant change de bras.

Tu as mal quelque part ? Montre-moi.

Mutisme de Grégoire, décidément peu coopératif.

— Il faudrait peut-être prendre sa température, suggère Rachad. 

Je m'en occupe. Allez vite vous coucher.

Pour plus de sûreté, Amir installe Grégoire dans le lit conjugal, à la place laissée vacante par Rose. Et ne ferme pas l'œil de la nuit.

Au matin, il appelle le docteur. Qui diagnostique une rhino-pharyngite carabinée.

— On va se relayer à son chevet, décrète Omane. Va près de ta femme pendant que je m'occupe de lui, et dès que tu rentreras, nous irons la voir, nous.

 

 

 

                                                                                     * Dalaa : caprice

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 21/01/2014 12:02

Hé oui, l'a fièvre de l'accouchement est retombée, il fallait bien que quelqu'un l'abrite... Et qui de mieux qu'un enfant dans le deuil de ces derniers jours de monopole parental ?

Annie Gehache 19/01/2014 22:44

Ben quoi, c'est classique : le petit prince n'est plus unique La dépression post partum l'a touché, mais pas pour les mêmes raisons qu'une jeune accouchée… Enfin, j'suis pas sûre que ce soit si
différent…

Gudule 19/01/2014 21:51

Voui, mais moi aussi : je les oublie une fois sur deux, au pluriel. Par contre, quand tu fais sssssssss, on dirait un serre-paon.
Sinon, ton pote avec sa rhyno maternelle, c'était un grand somatiseur, non ?

Castor tillon 19/01/2014 21:49

Tu penses bien que j'ai cafté.

Rykorrection 19/01/2014 20:04

"Par ans". Non mais c'est pas vrai ! Castor t'a dit que j'ai un problème neurologique avec les S ?

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories