Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 08:58

 

 

 

                                             ÉTATS D’ÂME

 

           — Laisse tomber, lui conseille Amir. Tu te bats contre des moulins à vent.

Mais Rose secoue la tête.

— Tu ne comprends pas : c'est la seule chose que je puisse faire pour Omane.

Oui, vraiment la seule. Car sa belle-sœur, rentrée depuis peu avec la petite Nadège, s'est curieusement refermée sur elle-même. Elle "fait la morte", ne répond plus au téléphone, n'ouvre pas aux visiteurs, bref, érige autour d'elle et de son enfant un mur de solitude qui inquiète Rose au-delà de tout.

C'est un coup à devenir dingue, ça, dit-elle à Amir.

­— N'exagère pas : elle fuit tout simplement la curiosité malsaine que pourrait susciter sa fille.

Mais je n'ai aucune curiosité, moi, proteste Rose.

— C'est une attitude générale, elle n'est pas dirigée contre toi en particulier.

— De quoi a-t-elle peur ? Que les gens observent Nadège comme une bête curieuse ? La première fois, peut-être, après, ils s'habitueront. Ils n'y feront même plus attention. D'ailleurs, je te signale qu'on ne remarque rien. La petite aurait un bras ou une jambe en moins, d'accord, mais là…

D'un hochement de tête, Amir stoppe le déferlement verbal.

Ce n'est pas à moi qu'il faut dire ça, habibté, c'est à elle.

— Elle ne veut plus me voir.  J'ai essayé vingt fois de l'appeler, depuis son retour. Je suis allée frapper chez elle, rien. C'est comme s'il n'y avait personne.

— Oui, je sais, mon frère m'en a parlé. Ça le tracasse, mais il suppose qu'elle a besoin de faire le point. Elle subit le contrecoup du drame.

Rose reste un moment silencieuse.

Tu sais ce que je pense ? dit-elle enfin.

… ?

— Je pense qu'elle est jalouse de moi. Elle doit m'en vouloir d'avoir eu un enfant en bonne santé. Peut-être même qu'elle déteste Olivier. 

Elle soupire. Son cœur pèse une tonne au fond de sa poitrine.

Dire qu'on était si heureux, avant ! Si on avait su…

Haussement d'épaules d'Amir.

Qu'est-ce que ça aurait changé ?

Ben… on aurait encore plus savouré chaque seconde, tiens !

 

 

 *    

 

         Rose regarde Olivier dormir. Il sourit aux anges. L'un de ces sourires de bébé repu, empreint d'un lumineux bien-être.

         « Pourquoi Omane et pas moi ? rumine-t-elle. Moi, j'avais déjà un enfant, ç'aurait été moins grave.. »

         Puis, horrifiée par ce raisonnement absurde, elle se jette sur son fils, l'embrasse passionnément.

Oh, pardon, pardon, Olivier !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

@Gudule 31/01/2014 08:23

@ Ryko : c'est un beau proverbe, je trouve.Nettement plus beau que ceux de la mère de Rose.

Annie GH 31/01/2014 02:05

Du coup je viens de la réécouter. En fait ça n'a rien à voir avec ce que tu nous racontes, mais qu'est-ce que c'est beau !

http://youtu.be/b8LRMgdYIs0

Petite précision : je suis pas fan de Patrick Sébastien ! j'y peux rien si c'est lui qui en donne la meilleure version !

Annie GH 31/01/2014 01:57

Je crois que Rose a raison : Omane souffre trop pour supporter le bonheur des autres sans se sentir agressée…
Je sais pas bien pourquoi, mais en lisant ce chapitre, j'ai pensé à la chanson de William Sheller "Les gens heureux"

Rrrykorrigé 30/01/2014 22:02

Signé Ryko. Je ronflerai plus tard.

Rrrykonfle 30/01/2014 22:01

"Le malheur des uns n'arrange pas le bonheur des autres" aurait dit la mère de Gudule. Non ?

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories