Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 08:19

 

 

                          DISTRIBUTION DES PRIX (SUITE)

 

 

La fête s'avère une véritable réussite. Tout le gratin libanais est là, car, comme se plaît à le répéter Alexandre Hélou : « Orient-magazine est la revue de l'élite ». C'est donc à des enfants déjà passablement gâtés que Rose remet les prix si durement acquis. Certes, elle eût préféré les donner à ces gosses des rues qui survivent en vendant des Chicklets*, et que l'on trouve parfois, au beau milieu de la nuit, grelotant de fatigue à la sortie des cinémas. Ou aux gamins palestiniens qui mendient place des Canons, en gémissant dans un sabir mi-français, mi-anglais : « Please, mat'moiselle, moi very faim ». Mais bon, ceux-là n'ont pas participé au concours, leurs parents — s'ils en ont — ne lisant pas Orient-Magazine. On ne prête qu'aux riches, la vie est mal faite.

 

— Le prix de la meilleure bande dessinée est attribué à Toufic Berbérian pour son épisode inédit d'Astérix le Gaulois, clame Rose dans son micro.

Les applaudissements crépitent. Un petit garçon déluré s'avance : huit ans, une tignasse brune et bouclée, des joues rebondies de croqueur de bonbons. Rose le félicite, lui tend le train électrique, l'embrasse. Ce "baiser au vainqueur", immortalisé par une photo particulièrement réussie, sortira en couverture du journal. Vingt ans plus tard, Rose, embauchée comme pigiste dans un quotidien parisien, aura la surprise de la retrouver, sous cadre, dans le bureau de son patron — qui ne sera autre que le petit Toufic, devenu entretemps, grâce aux relations de papa, un magnat de la presse.

Et à présent, passons à notre grande gagnante…

Un instant de silence pour ménager le suspense. Rose sent le public suspendu à ses lèvres. C'est assez exaltant.

… Michèle Sfeir ! 

Nouveau tonnerre d'applaudissements. Une très jeune fille, maigre et blonde, escalade le podium en rougissant.

— Le conte que tu nous as envoyé m'a été droit au cœur, lui déclare Rose, sincère. Non seulement il est joliment écrit, mais tu y fais preuve d'une telle sensibilité que j'ai eu les larmes aux yeux en le lisant.

C'est la vérité vraie. Le petit boiteux et l'âne narre la rencontre d’un enfant handicapé et d’un vieux bourricot que ses maîtres ont rejeté parce qu'il n'a plus la force de tirer la charrette. L'âne prête son dos à l'enfant, l'enfant aime et nourrit l'âne, de sorte que chacun trouve dans l'affection de l'autre la solution à ses misères. 

— Tu nous donnes là une belle leçon de fraternité, Michèle. Aussi, c'est avec joie que je t'offre ce manteau de chez Vénus élégance que tu porteras l'hiver prochain. Mais ce n'est pas tout : ta maman mérite, elle aussi, une récompense, pour t'avoir inculqué d'aussi nobles sentiments…

Elle brandit le flacon de parfum "spécial fête des mères".

Madame Sfeir est-elle dans la salle ?

A ces mots, un mouvement se produit parmi la foule, les gens s'écartent, et un fauteuil roulant glisse vers le podium.

— Ah, d'accord, souffle Rose, désarçonnée. Je… je comprends à présent pourquoi Michèle est si… enfin, ce qui l'a inspirée.

Elle rougit, s'emmêle les pinceaux, réalise que Mme Sfeir ne peut pas monter la rejoindre, que c'est à elle de descendre — ce qu'elle s'empresse de faire. Mais, dans son trouble, elle se prend les pieds dans le fil du micro, trébuche, perd l'équilibre et… atterrit sur les genoux de la handicapée.

Tout cela n'a duré qu'une fraction de seconde. L'assistance, d'abord médusée, part d'un immense éclat de rire.

— Je… je ne vous ai pas fait mal ? bredouille Rose, qui rentrerait bien sous terre.

— Pas du tout,  s'esclaffe Mme Sfeir. C'était un honneur, au contraire.   

Elle a un accent de titi parisien.

— Vous êtes française ? s'informe Rose.

              — Pure souche. Je suis née dans le Faubourg Saint Denis, comme chantait je ne sais plus qui.

— On est presque compatriotes, alors ? Moi, je viens de Bruxelles.

Enchantée : j'habitais à côté de la gare du Nord.

Elles se sourient, subitement complices, puis Rose, rassérénée, reprend son micro, remonte sur l'estrade et poursuit sa proclamation.

Mais sitôt celle-ci terminée, alors que la foule se masse autour du buffet, aimablement offert par le traiteur Noura, elle court retrouver sa nouvelle connaissance, restée à l'écart de la cohue avec sa fille.

— Je vous apporte une assiette de taboulé et un verre de jus de fruit ? 

Cinq minutes plus tard, elles papotent toutes trois autour d'une table. C'est ainsi que Rose apprend que les Sfeir sont propriétaires d'un terrain de camping.

— Le seul du Liban,  précise son interlocutrice. D'ailleurs, nous n'y accueillons que des touristes : les libanais n'aiment pas l'inconfort de la tente, ils préfèrent les hôtels de luxe. En revanche, les Allemands, les Hollandais, les Belges — et même les Français ! — adorent ça. Venez donc nous voir, à l'occasion : nous sommes au bord de la mer, à Amchit, dans un site exceptionnel. Je suis certaine que vous apprécierez.

Avec plaisir, dit Rose.

— Tout y est prévu pour l'accueil des handicapés : rampes d'accès, douches et WC à la taille d'un fauteuil roulant, vaste cuisine commune…

L'œil de Rose s'allume.

      — Formidable !  Ça vous dérangerait si je fais un reportage là-dessus ?

           — Pas du tout : je suis même prête à répondre à toutes vos questions, quand vous le désirerez.

                         

                          * Chicklets: chewing-gums parfumés à la

                                   cannelle, très prisés au Liban.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/02/24//14022411270416601912010752.jpg

  Rose et les petits.

Le petit blond aux vêtements sombres... c'est Grégoire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 25/02/2014 13:12

La fraicheur du taboulé Libanais pour sceller une rencontre riche en promesses...
Chouette chapitre et superbe photo ! Oui, vraiment belle Rose.

Gudule 25/02/2014 11:54

Ben voui. Eh, mais elle est à genoux, quand même. Sinon, elle est un peu plus grande.

Tororo 25/02/2014 11:26

Alors, c'est... Rose, le petit bout de chou sur la droite? Je veux dire, le bout de chou un peu moins petit que les autres petits bouts de chou?

Gudule 25/02/2014 08:43

Merci qui ? Merci le Castor qui fouille dans les archives et les bidouille à l'ordinateur. Décidément, ces petites bêtes ont du génie !

Annie GH 25/02/2014 08:17

Quelle bonne idée, ces photo sépia un peu délavées !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories