Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 11:52

 

 

                                   L’ATELIER

 

         Elle chasse aussitôt cet affreux soupçon.

         « Je le saurais, voyons ! Rachad me l'aurait dit, hier. N'empêche que… »

         Elle tend l'oreille.

         « … c'est tout de même étrange que je ne l'aie même pas entendue pleurer, cette petite. »

         En proie à une perplexité qui va croissant, elle poursuit son exploration. Et pénètre dans le salon.

         Ce qu'elle y découvre lui coupe la respiration.

         Car le salon n'en est plus un. Table basse et fauteuils ont disparu. À leur place, un lit — pas fait — et des tableaux, des tableaux, des tableaux… 

Rose a un mouvement de recul involontaire. Oh, elle reconnaît la griffe de Rachad, ses obsessions cosmiques. Mais le rêve galactique a viré au cauchemar. Les boules de couleur qui, jadis, évoquaient des constellations disséminées dans l'espace, se regroupent à présent pour former des visages. D'immenses faces de bébés au regard vide, posées, telles des planètes, au fond du firmament. Le tout dans une gamme de couleurs sourdes, à dominante de noir et de vert vénéneux.

         Quelles monstrueuses angoisses son beau-frère, si peu enclin à se plaindre,  a-t-il exorcisées ici ? De quels tourments morbides s'est-il débarrassé ? Rose l'imagine, à la nuit tombante, halluciné, écumant, extirpant de ses tripes les démons qui le rongent pour les jeter sur la toile.

         Peut-être crie-t-il de douleur, durant cet "accouchement"? Lui dont le stoïcisme est proverbial, peut-être se roule-t-il par terre en hurlant ?

         L'insoutenable vision arrache une plainte à Rose. Elle referme aussitôt la porte, avec le sentiment d'avoir, telle la femme de Barbe-Bleue découvrant le charnier de son époux, surpris un secret atroce. Et, le cœur en déroute,  elle s'empresse de retourner à ses si rassurantes préoccupations matérielles.

         « Tout ça, c'est bien joli, mais en attendant, mon pauvre Olivier a le derrière trempé. Et après, bonjours les rougeurs ! Il faudrait que j'aille chez moi chercher quelques affaires, mais je n'oserais jamais. Mona m'y attend peut-être, et après ce qui s'est passé… »

Elle frissonne.

« … l'affronter est au-dessus de mes forces. »

Que faire alors ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 30/03/2014 09:00

@ Pata : ce serait une solution, remarque...

Gudule 30/03/2014 08:59

@ Tororo : il y a même des trucs qui vus restent scotchés dans la cervelle jusqu'à la fin des temps ! Des traumas, ça s'appelle.

Gudule 30/03/2014 08:56

Castor,je te sens stressé, là. Non, hein, pas toi !?

Castor tillon 29/03/2014 23:52

Hein.

Castor tillon 29/03/2014 23:52

Et la petite, elle est OÙ ?!?

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories