Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 08:45

Bien que vous la connaissiez déjà, cette Solitude, en hommage à Sylvain.

 

Rêve brisé

          Durant nos premières années de vie commune, Sylvain et moi étions fauchés. Mais ce qui s’appelle fauchés, hein ! Une fois le loyer payé, il nous restait à peine de quoi acheter des nouilles chez Ed, et encore...

         Un jour, en me baladant dans un dépôt-vente du quartier, je tombe en arrêt devant un buste art-déco en plâtre, patiné façon bronze. J’ai rarement le coup de foudre pour un objet, mais cette Thaïs-là (le nom est inscrit sur le socle) me fait littéralement baver. Le problème, c’est le prix. Toutes les nouilles du mois n’y suffiraient pas, et nous ne sommes pas tentés par un jeûne prolongé...

         Je mets donc ma convoitise en berne. Mais à défaut de posséder la merveille, je prends l’habitude de lui rendre quotidiennement visite. C’est comme un rituel. A chaque fois que j’entre dans l’entrepôt, je me demande, le cœur battant, si elle sera au rendez-vous. Par chance, elle est très chère et ne trouve pas d’acquéreur.

         Ce manège dure des semaines. Parfois, Sylvain m’accompagne, parfois non. Je reste dix minutes en contemplation puis je m’en vais, pour revenir le lendemain, le ventre noué par l’inquiétude. Est-elle toujours là ?

         Hélas, tout est éphémère ici-bas. Un matin, horreur ! Plus de Thaïs...

         Tandis que je reste figée devant l’emplacement vide, Sylvain va aux nouvelles. Et apprend que, non, la statue n’a pas été vendue. La veille au soir, bousculée par un client, elle est tombée et s’est brisée.

         — Qu’avez-vous fait des morceaux ? demande-t-il.

         — On les a mis à la poubelle.

         — Je peux les prendre ?

         — Si vous voulez.         

         Sans hésiter, Sylvain se rue vers les grands conteneurs alignés dans la cour, les explore un à un. Et je le vois revenir, son trophée à la main dans un sac en plastique.

         Le temps de passer à la supérette chercher de l’araldite, et il se met au travail. Durant quarante-huit heures, il va s’atteler avec une patience d’ange à ce puzzle grandeur nature. Car si le visage, par miracle, a été épargné, les circonvolutions de la chevelure, les épaules, le drapé de la toge sont en miettes. Qu’à cela ne tienne : sans jamais s’énerver, Sylvain trie, assemble, colle entre eux des morceaux parfois microscopiques, ponce, patine, bref reconstitude si bien la statue que même un œil exercé ne verrait pas les raccords. Ainsi, au terme d’un labeur acharné, Thaïs ressuscitée prend-elle triomphalement place sur notre cheminée.

         D’où elle tombera, un mois plus tard.

         Par ma faute.

         Et surtout celle de son concepteur d’origine qui avait prévu un socle trop étroit pour son poids.

 

         Les débris sont toujours dans leur sac en plastique. Il y a plus de vingt-cinq ans qu’ils nous suivent, dans tous nos déménagements. On ne jette pas un rêve, même s’il est brisé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 13/01/2013 16:54

Je trouve aussi.

Martine27 13/01/2013 11:43

Quelle charmante preuve d'amour

gudule 08/01/2013 08:49

@ Jean-Michel : rien ne presse. Fais ça quand tu en auras le temps. Je t'embrasse.

gudule 08/01/2013 08:41

@ Nadège : merci pour tes condoléances et celles de ta mère.
@ Gab : les trésors brisés de greniers... tout un programme !

gudule 08/01/2013 08:39

Tu es un amour, Rebecca. ç’aurait été avec grand plaisir, mais j’ai encore toute ma famille à la maison, et je ne me sens pas encore assez costaude pour quitter le cocon. Je suis sûre que tu me
comprends.

Gros gros bisous, et merci de ta gentillesse

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories