Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 07:10

Episode 84

          Résumé des chapitres précédents :  Le docteur Branquenstein n’est pas un mauvais bougre, et son whisky est bon.

 

         — Excellente idée, dit Zoé, à qui l’alcool donnait toutes les audaces. Causons... Et commencez par m’expliquer pourquoi le bras de Dora Drelin se trouve accroché à l’épaule de Chouchou.

         La question, trop directe, prit Branquenstein de court.

         — Ah, parce que... vous savez ? s’étrangla-t-il.

         Une quinte de toux s’ensuivit, car sous l’effet de la surprise, il avait avalé sa gorgée de travers.

         — Je vous ai vu, tout à l’heure, précisa Zoé en lui tapant dans le dos. Alors, inutile de nier, hein !

         — Je n’en ai pas l’intention, mais permettez-moi de vous faire remarquer que vous êtes une foutue indiscrète. Vous avez violé mon intimité.

         — C’était pour la bonne cause... Alors ? J’attends vos explications !

         Le docteur Branquestein s’éclaircit la voix, comme avant une conférence.

         — Sachez tout d’abord, commença-t-il, que je suis un grand mélomane. L’opéra, en particulier...

         Zoé hocha la tête :

         — Mouais... J’avais cru comprendre...

         — Quand j’appris par la presse la disparition de Dora Drelin, ce fut pour moi un choc terrible. Elle était mon idole, comprenez-vous ? Ma cantatrice chauve à moi...

         — Chauve ? Pourquoi chauve ?

         — Elle portait une perruque, vous ne le saviez pas ? Vous ne lisez donc pas les journaux peoples ?

         A sa grande honte, Zoé avoua que non.

         — Bref, reprit Branquenstein avec un haussement d’épaules, j’éprouvais pour elle une véritable adoration...

         Il ponctua ces mots d’une nouvelle gorgée. Ses propres paroles le transfiguraient.

         — Aussi, quand la police retrouva quelques-uns de ses restes, décidai-je de tenter le tout pour le tout : l’inclure dans le plus ambitieux de mes projets, la création d’un homme-patchworck.

         — Chouchou ?

         — Exactement. Chouchou, mon chef d’œuvre, le couronnement de ma carrière. L’aboutissement de tous mes efforts. La consolation de mes vieux jours...

         — Composé comme il se doit...

         — ... de bouts de cadavres, oui.

                                                                                                                                    (A suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 23/10/2012 08:08

Ttttt, tu coupes des cheveux en quatre, là !

Castor tillon 22/10/2012 22:16

Ouais, à condition de passer chez Y. Rocher pour le dépoilage.
Surtout que la madame, elle était glabre.

gudule 22/10/2012 21:57

Bof, une fois que c'est rabouté, on voit pas tellement la différence...

Castor tillon 22/10/2012 21:06

Tant qu'à rabibocher des bouts de machins, le doc aurait pu ne choisir que des morceaux de femmes, c'est quand même plus inspirant. En plus, les serial-killers en laissent traîner partout, c'est
pas ce qui manque.

Benoît Barvin 22/10/2012 08:44

Alleï, d'accord, Iono est pas mal aussi...

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories