Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 03:43

Episode 86

 

         Résumé des chapitres précédents : finalement, Branquenstein n’est pas si ignoble que ça. C’est même un humaniste, si on y réfléchit.

 

         — C’est pour ça que vous avez créé Chouchou ?

         Le docteur Branquenstein acquiesça.

         — Cette voix... Vous avez entendu cette voix ? murmura-t-il songeusement.

         — Je le croyais muet.

         — Il l’est, en vérité. C’est ça l’astuce : telles que je les ai agencées, ses cordes vocales ne peuvent émettre que des sons sublimes, pas de vulgaires paroles. Je ne voulais pas un compagnon bavard, vous comprenez.

         D’un froncement de sourcils, Zoé marqua sa désapprobation.

         — Et qu’est-ce qu’il en pense, lui ?

         Branquenstein émit un petit gloussement.

         — Oh, lui, il ne pense pas : je ne lui pas greffé de cerveau, juste une moëlle épinière. Il n’a pas de libre arbitre, rien qu’un instinct et des réflexes. Boire, manger, fuir devant le danger, réclamer des câlins, regarder les images des catalogues et les conneries de la télé... Un bon gros toutou, quoi. Bien affectueux.

         — Et bien sexué ! 

         Le ton de Zoé, à la fois désapprobateur et ironique, mit le toubib en alerte.

         — Comment le savez-vous ? s’exclama-t-il. Est-ce que, par hasard, il vous aurait fait des avances ?

         — On peut dire ça comme ça...

         La chose, à l’évidence, contrariait Branquenstein.

         — C’était peut-être une erreur d’utiliser cette bite..., marmonna-t-il, comme pour lui-même. 

         Et devant l’air intrigué de Zoé, il ajouta :

         — Vous vous souvenez de l’explosion du Dark Vomi, ce pétrolier qui avait enmazouté toute la côte normande ?           

         Zoé eut un sursaut. Si elle s’en souvenait !

         — Ce jour-là, la marée a rejeté un cadavre, sur la plage, poursuivit le médecin, sans tenir compte de sa pâleur subite. Un plongeur déchiquetté de la tête aux pieds, hormis son appareil génital, inexplicablement préservé. Un bel organe, ma foi, en dépit de sa couleur un peu particulière ! Je décidai aussitôt de le prélever : on a toujours besoin d’un pénis de secours. Comme je campais dans le coin, j’avais ma glacière à portée de main. J’y déposai l’objet, puis remis le corps à l’eau...

                                                                                                                                       (A suivre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Castor tillon 27/10/2012 04:15

Je sais : Chouchou est en réalité la carcasse de John Bobbit. Ce type n'en finit pas de rebondir.

gudule 26/10/2012 15:07

Ben quoi ? Même les voitures de course ont une roue de secours ! (et elles ont 4 roues !)

Benoît Barvin 26/10/2012 09:01

"On a toujours besoin d'un pénis de secours"... Voilà à quoi nous serions réduits, nous, les vrais z'hommes... Mamma Mia!

gudule 26/10/2012 08:33

Yeah !

Macada 26/10/2012 07:21

J'avais beau m'y attendre, j'ai sursauté. :-D
Clap ! clap ! clap !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories