Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 07:39

 

 

VISITE D’AMIR

 

Conséquence immédiate du retour à la normale : Amir annonce son arrivée pour le week-end suivant.

—J'ai un train qui me dépose aux Guillemins* vendredi, à 22 h 38. Tu pourras venir me chercher ?

— Bien sûr, se réjouit Rose. L'ennui, ajoute-t-elle après un instant de réflexion, c'est que tante Ida ne conduit pas…

­ ­— Tant pis, je prendrai un taxi.

Mais, le soir même :

— Moi, je peux t'accompagner, propose Etienne à qui elle fait part de ce fâcheux contretemps.

T'as une bagnole, toi ?

— Oui, une 4L. Tu ne l'as jamais remarquée ? Je la gare toujours sur le terre-plein, devant chez ta tante. Parce que la rue Gaillard-cheval, hein, pour les amortisseurs… !

Rose accepte avec empressement.

— On pourrait manger un morceau, avant, suggère Etienne. Je connais un très bon restau, à deux pas de la gare : Todi les krompirs*. Le patron est un ami, il fait des carbonades* à se rouler par terre.

Va pour les carbonades.

Tant Ida, consultée, donne sa bénédiction.

—Je vous préparerai des gaufres, pour le souper, annonce-t-elle aux enfants. Et on écoutera la suite de "Pierre et le loup" sur le magnétophone d'oncle Paul.

Le programme emballe Grégoire et, par ricochet, Olivier.

Elle est gentille, hein, tante Ida, dit Rose à ce dernier.

Zenti Dida, approuve le petit garçon.

Comment m'a-t-il appelée ? s'esclaffe la tante.

Dida. C'est trognon, non ?

Le surnom lui restera.

 

 

       * Les Guillemins : gare de Liège

       * Todi les krompirs : Toujours les pommes de terre

        * Carbonades : plat de viande typiquement belge

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:21

 

 

CONSTAT DÉSABUSÉ

 

 

         L'insurrection, ayant atteint son paroxysme dans la troisième semaine de mai, s'apaise début juin. Au grand soulagement de Rose qui, à présent, suit assidument l'actualité.

 Des années plus tard, quand mai 68 sera devenu mythique, elle regrettera de ne pas y avoir participé.

« J'avais l'âge, se dira-t-elle.  J'étais (presque) au bon endroit. Et je suis restée planquée pendant que se décidait le sort de ma génération. Dire que, si j'avais été un peu plus dynamique, j'aurais pu y jouer un rôle… »

Et elle se fustigera :

« T'as loupé le coche, ma fille. Par manque de discernement, par lâcheté, par paresse, tu es passée à côté de ton rendez-vous avec l'Histoire ! »

Ce constat désabusé, nous le faisons tous un jour ou l'autre, hélas. Et pas uniquement par rapport aux événements. Etre contemporain d'une personne qu'on admire et ne pas croiser sa route, ne serait-ce qu'une seule fois, quel gâchis! Pour les fans de Napoléon, de Gandhi ou de Louise Michel, la question ne se pose pas, évidemment, mais lorsqu'on a la chance de vivre à la même époque que son idole ! Quand parmi les infinités de combinaisons possibles, le hasard – ou le Destin —nous pose à ses côtés sur le ruban du temps !

« Un jour, je rencontrerai Louis Aragon, s'était toujours dit Rose, que les vers du poète transportaient au-delà de tout. Il faut qu'il sache tout ce qu'il représente pour moi. Je suis née trop tard pour Prévert et Rimbaud, mais lui, parole d'honneur, je ne le raterai pas ! »

Il est mort avant.

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 07:15

 

 

                              MAI 68 AU JOUR LE JOUR

 

11 mai.

— Trois-cent septante-six blessés, hier, annonce Etienne, en brandissant le journal.

Rose, incrédule :

Non !

— Si.  "La chienlit", comme l'appelle De Gaulle, commence à ressembler à une guerre civile.

 

13 mai.

           — Grève générale. Toute la France est paralysée : plus de transports en commun, les magasins fermés, les administrations, les écoles... Et un million de personne défilant dans les rues aux cris de : « Dix ans, ça suffit ! »

Dix ans de quoi ?

— Ben…de règne du grand Charles, tiens. Faut te tenir au courant, ma vieille. Surtout si tu dois habiter Paris !

Rose reconnaît le bien-fondé de la remarque, mais qu'y faire ? Tante Ida n'a pas la télé, et le "journal parlé" tombe pendant le bain des petits.

—Il te reste la presse, c'est encore la meilleure source d'information. La plus objective, en tout cas.

— Bof, moi, tu sais, les journaux… J'ai pas le réflexe d'aller les acheter.

— Tu veux que je te prête les miens ? Je les ai tous gardés depuis le début. 

Excellente idée : ça me permettra de me faire une opinion.

Et voilà Rose qui se plonge, un peu à retardement, dans le rapport circonstancié des événements. Et y trouve un grand intérêt. On peut même dire que ça la passionne. Elle adhère à fond aux revendications des étudiants et plus encore à celles des ouvriers.

— Il faut changer la société, explique-t-elle à sa tante durant le repas du soir. Faire évoluer les mentalités, balayer les vieux préjugés. Donner les mêmes chances à tous, quelles que soient leurs classes sociales, leurs origines ou leurs revenus.

— Certainement, ma chérie. Mais doit-on pour cela user de violence  ?

En dernier recours, je suppose que oui.

Et de ressortir pêle-mêle les arguments — pas toujours très clairs ni très structurés (quand ils ne sont pas contradictoires ) — développés par les journalistes.

Tante Ida l'écoute sans l'interrompre, un sourire indulgent aux lèvres. Le même, exactement, que quand Grégoire baragouine ses petites bêtises d'enfant. Et Lorsque Rose se tait :

— Il faut bien que jeunesse se passe, conclut-elle doucement.

 

16 mai

— C'est la foire d’empoigne, habibté. Pire qu'à Beyrouth ! Je suis bien content que tu sois à l'abri avec les enfants parce que, comme c'est parti, on ne sait pas jusqu'où ça peut aller.

Rose, la gorge serrée :

Ne reste pas là-bas. Viens ici !

— Je ne peux pas, il n'y a plus de trains. Paris est coupé du reste du monde. Les manifestants ont pris l'Odéon d'assaut, tu te rends compte ? Et toute la nuit, ils se sont battus dans les rues. Tu verrais le chantier ! Ils démolissent les trottoirs pour jeter les pavés sur les C.R.S…

Sur les quoi ?

            — Les C.R.S., des brigades spéciales créées pour l'occasion. Des espèces de robots futuristes bardés de fer, avec casque, matraque, bouclier. Ça gueulait tellement fort, cet après-midi, sur le boulevard de Belleville, qu'on entendait le bruit malgré la musique et les fenêtres fermées. Du coup, on est descendus voir.

Mais… vous êtes fous ? C'est très dangereux.

— T'inquiète, Gaby et moi sommes restés en retrait. Les deux autres, par contre, se sont mêlés à la foule. Ils sont français, eux ; ils se sentent concernés.

Il n'y a pas eu de blessés ?

—Laurent s'est pris un coup de matraque, il a fallu l'emmener à l'hôpital, pour une radio. Il n'avait rien de cassé, je te rassure tout de suite. Juste une grosse bosse et un cocard. Les répétitions continuent normalement.

— Promets-moi que tu ne sortiras plus.  Je vais mourir de trouille, moi, si je sais que t'exposes.

— N'aie crainte, ma chérie, je serai raisonnable… Et toi, de ton côté, veille bien sur les petits.

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 01:07

 

 

 

NOUVEAU ROMAN

 

Dans les jours qui suivent, la situation s'aggrave encore. Après Nanterre, c'est au tour de la Sorbonne d'être fermée. Manifs et combats de rues se succèdent à un rythme effréné, et le mouvement gagne la province. Voitures brûlées, magasins pillés, barricades, cocktails Molotov… D'après les journaux — qui ne parlent plus que de ça — toutes les grandes villes françaises sont à feu et à sang.

         Si bien que Rose commence à pétocher.

Comme pendant la guerre des six jours, exactement !

— Tu es sûr que tu ne risques rien ? demande-t-elle pour la Nième fois à Amir auquel, sur les instances de sa tante, elle téléphone quotidiennement.

Il assure que non : le vingtième arrondissement est calme, le gros des affrontements se déroulant au Quartier Latin.

— Promets-moi que s'il y a le moindre danger, tu viendras me retrouver, l'adjure-t-elle.

Il s'y engage, croix de bois croix de fer.

Sinon, en ce qui concerne l’orchestre, ils travaillent d'arrache-pied. Gaby peaufine son interprétation —« de TES chansons, habibté, ce qui me donne un peu l'impression d'être près de toi »— et les p'tits nouveaux commencent à se dessaler. Mais le répertoire n'est pas au point, loin de là. Il leur faudra encore des semaines de répétition avant de pouvoir monter sur scène.

— Toujours le même refrain, grogne Rose en raccrochant. Et pas un mot de l'appart’.

— Comment veux-tu qu'il prospecte, en ce moment, ce pauvre garçon ? la rabroue sa tante. Sortir de chez soi, c'est s'exposer à recevoir un mauvais coup.

Tu as raison, reconnaît Rose.

— D'ailleurs, même s'il trouvait quelque chose maintenant, ça t'avancerait à quoi ? De toute façon, je ne te laisserais pas partir.

Elles se sourient.

Tu n'es pas bien près de moi, brigande ?

— Si, évidemment, admet Rose. Mais je culpabilise, que veux-tu. Les vacances, ça va cinq minutes …

— Eh bien, profites-en, de ces cinq minutes, au lieu de ronger ton frein. Même si c'est cinq jours, cinq semaines ou cinq mois.

Et je gagne ma vie comment, pendant ce temps-là ?

— N'avais-tu pas commencé à écrire un livre, avant ton départ du Liban ? Pourquoi ne le continues-tu pas ? Ça t'aiderait à patienter.

La suggestion n'est pas mauvaise, surtout assortie de propositions concrètes : si elle a besoin d'une machine à écrire, celle de son oncle — une Remington antédiluvienne, dont le bruit évoque celui d'une mitraillette — est à sa disposition.

—Dans ce tiroir, il y a un ruban neuf, des feuilles vierges et même du papier carbone, au cas où tu souhaiterais faire des doubles, précise tante Ida.

Il ne reste plus à Rose qu'à se lancer. Pas dans l'ancien roman resté en rade, non : trop de chose se sont passées, depuis ; elle a perdu le fil. Dans une histoire toute neuve, inspirée, pourquoi pas, de ce qu'elle est en train de vivre.

Un voyage dans le temps, disons.

De troublantes retrouvailles.

Et la guerre qui fait rage.

Dans ce récit de science-fiction, Amir serait un militaire. Rose (rebaptisée Tara pour la circonstance) également. Lors de l'attaque nucléaire qui aurait détruit leur base, la jeune femme, sous l'effet conjugué de l'explosion et de la peur, crèverait le continuum spatio-temporel pour atterrir dans une autre dimension. Celle de son enfance, pour être exact. Tout y serait demeuré intact, hormis elle-même — ou du moins sa conscience. Une conscience d'adulte dans un corps de fillette.

Après avoir cédé aux attraits du passé, Tara n'aurait de cesse d'en fuir la vénéneuse emprise pour rejoindre son amour, quitte à forcer les portes de l'enfer.

 

 

 

                                            *

 

Ça va, Rose ? Tu as de l'inspiration ?

Impec', tata ! Je termine le premier chapitre.

Elle est pas belle, la vie ?

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 07:15

 

 

PROMENADE MATINALE

 

Tradition oblige : c'est le chant du coq qui réveille Rose. Elle s'étire et ronronne, sensible à l'allégresse que suscite ce bruit en elle — si intimement lié à la joie des vacances que, toute sa vie durant, elle jubilera d'instinct au moindre cocorico.

Avec la délicatesse qui la caractérise, sa tante lui a attribué la chambre de son enfance : celle aux images pieuses. L'oncle Paul, très croyant, y avait accroché les souvenirs de baptêmes, communions, mariages et autres cérémonies religieuses, couvrant le papier peint d'une myriade de petits cadres. De sorte que la fillette dormait sous les regards de multiples Jésus, anges, Vierges Marie, ce qui la rassurait car elle était peureuse et sujette aux cauchemars.

Des yeux, elle parcourt les chromos familiers, s'attendrit de leur naïveté. Y repère des détails oubliés, telle cette pauvresse, tendant la main sur le parvis de l'église d'où sort une procession de jolies communiantes qui ne lui accordent même pas l'aumône d'un sourire. Ou ce vieux chien suivant, tête basse, l'ivrogne auquel un prêtre en surplis blanc montre les feux de l'enfer afin de lui inculquer la tempérance.

Bonjour le discours réac, rigole-t-elle.

Elle saute sur ses pieds, ouvre les volets. Sous les rayons pourpres de l'aurore, la campagne resplendit.

Faut que je montre ça à mes loupiots.

Mais ils ronflent à poings fermés dans la chambre voisine. Ainsi que leur tante, d'ailleurs.

— Ils ont dû faire la foire jusqu'à pas d'heure, suppose Rose, amusée. À moins que ce ne soit le grand air qui les assomme.

Sur la pointe des pieds, elle gagne la cuisine. Se taille, dans la miche entamée la veille, une tranche "comme un drap de lit" (dixit Ida, dont les expressions ne sont pas moins colorées que celles de sa sœur), la badigeonne de beurre frais et sort. Puis, portée par le jeu des réminiscences, elle se rend sous la fenêtre d'Etienne et crie :

— Étieeeenne ! Tu viens jouer ?

 Sans blague ? se marre-t-il. Attends-moi, je descends.

Trente seconde plus tard, il la rejoint, en ayant pris soin de se munir, lui aussi, d'une tartine. Mais sur la sienne, il y a de la confiture de rhubarbe faite maison. 

La balade qui s'ensuit n'est qu'une succession d'éclats de rire.

— Ça me fait un bien fou d'être ici, avoue Rose, en s'asseyant sur le talus d'où l'on domine le village.

Son compagnon acquiesce gravement. 

Et à moi, donc ! Je n'arrive pas à y croire.

— Dommage que mon mari ne puisse pas en profiter, s'empresse-t-elle d'ajouter.

Oui, dommage. J'aurais aimé le connaître.

— Oh, ça viendra, rassure-toi. Un de ces quatre, il va débarquer.

Elle consulte sa montre.

— Houlà, déjà neuf heures ? Faut que je m'occupe de mes mômes, moi.

Et moi, je dois filer à l'univ'

Tu fais quoi, comme études ?

Médecine. Je suis en troisième année.

Tu ne tues plus les petits oiseaux, alors ?

Non, je soigne les gens…

En voilà une nouvelle qu'elle est bonne !

 

 

 

*

Plus tard :

Tu es au courant de ce qui se passe ?

Regard interrogatif de Rose.

Non, quoi ?

Il y a encore eu du grabuge, à Paris.

 Ah ?

— De Gaulle a fait fermer la fac de Nanterre, sous prétexte que c'était "un repaire de dissidents". Les étudiants sont furieux, ils s'en sont pris aux forces de l'ordre. Il y a eu des arrestations. On prévoit des manifs de soutien toute la journée.

Tu suis l'actualité de près, toi, dis donc !

Assez, oui. Tu n'es pas inquiète pour ton mari ?

— Oh, lui, tu sais, la politique… En plus, il ne met pas le nez dehors : ils préparent leur tournée.

Etienne hoche sentencieusement la tête :

Moi, si je vivais sur place, je serais au cœur de l'action.

Qu'est-ce qui t'en empêche ? On n'est qu'à trois cents bornes.

Il rit.

— Oui, mais toi, tu es ici, et maintenant que je te tiens, je ne te lâche plus. Ça suffit les chassé-croisé !

Rose joint son rire au sien.

             — T'as pas encore compris que j'étais insaisissable ?

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 23:13

 

                                            RETROUVAILLES

 

C'est d'un doigt frémissant que Rose appuie sur la sonnette.

Quelques secondes passent puis la porte s'entrouvre. Et un visage couperosé se dessine dans l'embrasure.

Bonsoir, madame Lambermont.

Mon Dieu, la petite Rose ! Te v'là revenue, féfeye* ?

         — Oui, je suis chez ma tante pour une semaine ou deux. Etienne est là ?

— Bien sûr, entre !

Mme Lambermont n'a pas changé d'un poil. Les années écoulées ne semblent pas avoir eu de prise sur elle. Toujours ce chignon noir strié de cheveux gris, fait à la va-vite et auréolé de mèches folles, ce tablier à carreaux, ces savates usées. Ces joues rebondies, un peu trop rouges. Cette brusquerie qui cache une tendresse exquise.

— Etieeenne ! Alphooonse ! V'nez donc voir qui qu'est là, asteure* ! 

À son appel, un gros homme chauve, en maillot de corps et bretelles, apparaît au bout du couloir, tandis qu'un bruit de dégringolade résonne dans l'escalier.

Rose, qué novelles ?*

Ça alors ! T'es toujours vivante ?

Tout est pareil, décidément. N'était le pas traînant de M. Lambermont — qui, lui, a bien vieilli —, et le fait qu'Etienne soit adulte, Rose pourrait se croire revenue dix ans en arrière.

La cuisine, elle aussi, est la même, avec son poele à charbon, allumé été comme hiver, sur lequel gazouille une bouilloire d'émail jaune.

Ils s'asseyent tous quatre autour de la table. La maîtresse de maison sort un paquet de petits-beurre, les dispose sur une assiette ; son mari propose un goutte de pecket*.

Non merci, dit Rose. Moi, l'alcool, vous savez !

Inne tite jatte di cafè*, alors ?

Pas à cette heure-ci, ça empêche de dormir.

Qu'est-ce que je pourrais t'offrir à boire ?

Rien. Le plaisir de votre compagnie me suffit.

Elle rayonne. Comme lorsque, autrefois, elle venait en vacances, et que sa première visite était toujours pour eux.

Et, comme en ce temps-là, Etienne la couve des yeux. 

Ses hôtes la pressent de questions sur sa vie, son métier, sa famille, ses voyages. C'est que, face à ces indécrottables sédentaires, elle fait figure d'aventurière, la petite Rose ! Déjà, enfant, elle leur venait de la capitale — ce qui, pour des personnes n'ayant jamais quitté les rives de la Meuse, représentait déjà le bout du monde —, alors, pensez, de l'étranger ! Des exotiques pays arabes !

Est-ce vrai que, là-bas, toutes les femmes sont voilées ?

Et ton mari, il est musulman ?

Comment s'habille-t-il ? Porte-t-il un turban, des babouches ?

La peau de tes enfants, de quelle couleur est-elle ?

Rose répond, rit. Explique que, finalement, la Belgique et le Liban, c'est du pareil au même, à quelques détails près. Sous toutes les latitudes, les gens sont des gens, n'est-ce pas ? Ils ont deux bras, deux jambes, ils vivent, ils meurent, ils aiment ; le reste n'est que broutille. Et de décrire par le menu son village de tisserands, ses amis arméniens, son beau-frère, sa belle-sœur, la bonne vieille Têta qui a élevé son fils — en passant soigneusement sous silence les tristes événements et leurs protagonistes : Zénab, Isis, Nadège, Mona…

— C'est le paradis, ce pays, conclut Etienne. Pourquoi l'as-tu quitté ?

— Amir n'avait aucun avenir, en Orient. Pour un musicien, le seul tremplin possible, c'est Paris.

               Et en plus, elle est femme d'artiste. D'une future vedette du showbiz. Décidément, cette petite Rose, quelle destinée !

 

  Deux heures plus tard, elle prend congé, enchantée de sa soirée.

On se voit demain ? suggère Etienne, sur le pas de la porte.

Avec plaisir, dit Rose.

Rien n'est plus vrai.

 

 

                                               

                                               * Féfeye : littéralement : fifille

                                           * Asteure : maintenant

                                           * Qué novelles ? : Quelles nouvelles ?

                                               * Pecket : alcool de genièvre.

                                             * Inne tite jatte di cafè : une petite tasse de café

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 20:36

Sorti en mars chez Nathan, un recueil de petits textes humoristiques venus en droite ligne du Moyen-Âge. 

9782092548752.JPG

Repost 0
Published by Gudule - dans actualité
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 05:42

 

 

ÉTIENNE (BIS)

 

Après le repas :

— Va donc rendre une petite visite aux Lambermont pendant que je couche tes fils, dit tante Ida.

Tu crois ? hésite Rose.

     — Je ne crois pas, je suis sûre. Nous, on a prévu une bataille d’oreillers, n'est-ce pas les enfants ? Et on n'a pas besoin d'une rabat-joie.

— Ouiii, va-t'en, maman ! piaffe Grégoire, tandis qu'Olivier s'égosille en écho :

Atamama !

Dûment mise à la porte, Rose s'exécute en se demandant pourquoi diable elle n'est pas venue directement ici au lieu d'aller s'enterrer à Bruxelles.

— Quand je pense qu'Ida est la sœur de ma mère, marmonne-t-elle, tout en traversant le jardin envahi par les ombres bleues du crépuscule. Deux êtres plus différents, ça ne doit pas exister. 

Le trou qu'elle avait creusé, gamine, dans la haie — pour ne pas utiliser le portail de la grand-route, trop dangereux à son goût —, existe toujours. Une petite barrière le ferme, à présent. Elle donne directement sur le chemin de terre, pompeusement dénommé "rue Gaillard-cheval", qui longe l'ancienne briqueterie reconvertie en champ de luzerne. La première maison à droite, c'est celle des Lambermont. Que de fois, au lever du jour, Rose s'est plantée sur le seuil, la tartine à la main, en criant à tue-tête :

Etieeeeenne, tu viens jouer ?

         Les rideaux de l'étage s'écartaient alors sur une tignasse ébouriffée, et une voix pâteuse ânonnait:

— C'est bien trop tôt !

— Trop tôt pour aller jouer ? s'indignait Rose, à qui les vacances semblaient toujours trop courtes.

         Parfois, Etienne se rendormait, et Rose en était réduite à l'attendre, assise sur le gazon, en regardant passer les hirondelles. Mais la plupart du temps, il venait la rejoindre et ils partaient, main dans la main, se promener dans les prés scintillants de rosée, toujours escortés de Kiki, le petit zineke* des Lambermont.

— Etienne et Kiki, c'est Tintin et Milou, disait souvent Rose.

Quand son chien est mort, Etienne a pleuré comme, sûrement, aurait pleuré Tintin s'il avait eu le malheur de perdre Milou.

 

                                                     * Zineke : bâtard en bruxellois

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 00:54

ETIENNE

 

— Moi, j'en connais un qui va être content, glousse la tante Ida tandis que les enfants barbotent dans la baignoire-à-pattes-de-lion — qui fascine Grégoire  comme elle avait jadis fasciné sa mère.

         Rose rosit.

— Il vit toujours chez ses parents ? s'étonne-t-elle, interrompant le va-et-vient mousseux du savon sur le gant de toilette.

Oui.

Il n'est pas marié, alors ? Ni fiancé ?

Non, et à mon avis, ce n'est pas demain la veille.

Pourquoi ?

Petite moue complice :

Tu ne t'en doutes pas ?

N'importe quoi, balbutie Rose, troublée malgré elle.

— Il était très amoureux, tu sais. Et ce n'est pas le genre à changer de sentiment comme de chemise.

Rose éclate de rire. Un peu trop fort. Puis embrasse sa tante. Un peu trop vivement.

C'est si bon d'être ici, près de toi.

J'en ai autant à ton service, brigande.

— Oh, tata… il y a au moins dix ans qu'on ne m'avait pas appelée comme ça.

       —Il y a au moins dix ans que tu n'étais pas venue au Thier-à-Liège.

C'est, à peu de chose près, la vérité vraie. Au sortir de l'école primaire, Rose avait perdu le goût de ces vacances champêtres qui enchantaient sa petite enfance, leur préférant la mer ou les voyages, en compagnie de ses parents. D'autant que, absorbée par son mari dont la santé chancelante réclamait des soins constants, Ida était moins disponible qu’avant. Et que sa sœur "se refusait à lui donner un surcroît de travail".

Rose, soudain émue, hoche la tête :

J'avais oublié quel plaisir c'était.

Moi pas.

Elles se regardent, se sourient. Rose sent l'émotion l'envahir.

C'est bête, hein, tout ce temps perdu, dit-elle d'une voix rauque.

— Il n'est jamais trop tard pour le rattraper, surtout si vous vous y mettez à trois, n'est-ce pas, la marmaille ? Vous êtes contents d'être chez tante Ida ?

— Ouiiiiiii, claironne Grégoire, en agitant les pieds dans l'eau — ce qui éclabousse son frère, au grand dam de ce dernier.

S'ensuit une bagarre en bonne et due forme que leur mère interrompt d'un énergique :

— Stooop ! Si on se dispute, pas de crème au chocolat !  

Réaction d'Ida :

— Ce que tu es sévère ! Il faut bien qu'ils se détendent, ces chérubins.

Rose en a le cœur gonflé de reconnaissance.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 01:12

 

                                               TANTE IDA

 

Ida l'accueille à bras ouverts. Contrairement à Suzanne, femme revêche s'il en est, c'est une grosse quinquagénaire joviale et chaleureuse. Orpheline de bonne heure, elle a élevé ses six frères et sœurs avant d'épouser, sur le tard, un général à la retraite dont elle a eu un fils, établi dans les colonies.

             Au Thier-à-Liège —petit bourg de quelque trois mille âmes, entre prairies et terrils —, elle est connue comme le loup blanc. Ses voisins savent qu'on ne fait jamais en vain appel à son bon cœur, et en usent (quand ils n'en abusent pas). Ainsi prête-t-elle une partie de son jardin au cantonnier pour qu'il y cultive des légumes, permet-elle aux gamins de dépouiller ses arbres fruitiers ou de cueillir ses fleurs, nourrit-elle les chiens et les chats errants, et a-t-elle toujours le porte-monnaie ouvert lorsqu'il s'agit d'aider quelqu'un dans le besoin.

Grégoire et Olivier adoptent d'emblée cette tata-gâteau, sosie de la marraine-fée de Cendrillon dans le film de Walt Disney.

Après un dîner, ma foi, fort agréable, suivi d'une petite promenade digestive, les Vermeer père et mère regagnent leurs pénates. Abandonnant à regret une Rose détendue, flanquée de ses deux marmots dont l'un accapare les genoux d'Ida et l'autre lui réclame : « Bisou ! » sur tous les tons.

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories