Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 07:19

Chapitre 41

Résumé des chapitres précédents : Charlie est allé à Auxerre s’acheter un téléphone. Mauvais signe, ça ! Y a du Boris dans l’air !

 

         Nora se recouche au soleil, mais le cœur n'y est plus. Cette horreur dans sa maison ; elle en frémit. Elle revoit leur installation.

         — Il lui faut du calme, avait dit le toubib, s'adressant à Charlie, non à elle, bien qu'elle fût présente. (Ainsi la médecine vous infantilise-t-elle. Tout comme l'Éducation Nationale. Que de fois Nora avait pesté contre cette attitude chez ses profs, lors des réunions de parents d'élèves. Elle, insignifiante, quantité négligeable, inexistante pour ainsi dire, et des tierces personnes débattant de son sort sans la moindre pudeur. « Les mourants, souvent, sont confrontés à ça. Mais chez eux, c'est moins grave : leur avenir n'est pas en jeu ».)

         Donc :

         — Il lui faut du calme, avait dit le toubib. La bipolarité se stabilise très bien, pour autant que le malade bénéficie d'un environnement adéquat. Un peu comme les plantes exotiques, vous voyez ? Une atmosphère constante, ni heurts ni sautes de température, pas de courants d'air, beaucoup d'attention... Est-ce envisageable  ?

         — C'est, avait répondu Charlie. Comptez sur moi, docteur. Tu viens, Nora, on déménage !

         Ils n'avaient emporté que le strict nécessaire : leur lit, le vieux buffet, quelques bouquins, mais rien qui véhicule des émotions nocives, rien qui les relie au monde, ce vecteur de chocs. Pas de télévision ni de téléphone. C'est sci-en-ti-fi-que-ment prouvé : tout bruit aigu, et en particulier les sonneries, est perçu comme une agression par les végétaux. Voilà pourquoi on les bannit des serres.

         C'était il y a cinq ans. Nora n'a pas replongé. Mais à la longue, hélas, la vigilance s'émousse. La preuve : cette expédition à Auxerre.

         — C'est le début de la fin, prémonitionne-t-elle — bien que, depuis l'avènement du portable, une musiquette remplace la sonnerie, ce qui en atténue l'aspect traumatique.

         Une chance : et d'un, le soleil tape comme un sourd, et de deux, le chat y met du sien. Entre l'assomoir céleste et les ronronnements du félin lové contre elle, Nora n'a d'autre choix que de se rendormir — méthode radicale pour relativiser, tous les lézards vous le diront.  Lorsqu'elle se réveille, une heure et quelques plus tard, la 4L a repris sa place, Charlie bouquine dans un transat et toute cette affaire a l'air d'un mauvais rêve.

         Il ne sera plus question de rien.

         Pendant deux mois.

         Si désormais Charlie trimballe un téléphone dans sa poche, sa femme n'en veut rien savoir. Après tout, chacun ses vices intimes. Tant qu'ils n'interfèrent pas sur l'équilibre d'autrui et n'enfreignent pas la loi du silence...

                                                                                                                                 (A suivre)

        

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 21:25

On découvre vraiment des choses ahurissantes, en surfant sur le net. Ce livre numérique, par exemple, dont j'ignorais l'existence.


les-fees-en-vos-palais-repandront-leur-bouquet-2839432-250-.jpg

 

Il se trouve sur le site Bragelonne pour 0,99€

Repost 0
Published by Gudule - dans actualité
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 19:37

Ça fait toujours plaisir !

http://www.fantastinet.com/repas-eternel-de-gudule/

Repas eternel VNum

Repost 0
Published by Gudule - dans actualité
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 07:23

Chapitre 40

Résumé des chapitres précédents : Après quelques bouleversements – qui, par bonheur, ne sont déjà plus que des mauvais souvenirs -, l’existence de Charlie et Nora a repris son cours douillet.

 

         — Au fait, on va faire quoi, à Auxerre ? s’enquiert Nora.

         Charlie prend le temps d'amorcer sa manœuvre. Embrayage, marche arrière.

         — Acheter un téléphone.

         — QUOI ?!

         Sous le choc, elle a pâli. Par chance, le bronzage pallie.

         — On s'était juré de ne jamais avoir cette saloperie chez nous, tu t'en souviens ?

         Il prévoyait cette réaction. Comme deux et deux font quatre.

         — Les choses ont changé, ma chouchoute. On est paumés, dans notre cambrousse. Injoignables. Jusqu'à maintenant, on faisait avec, mais tu as entendu Boris : question boulot, c'est la galère !

         Elle rugit.

         — Boris ! Ça m'aurait étonnée...

         Le nom lui écorche les lèvres au passage. Depuis leur retour, il n'a pas été prononcé une seule fois. Par un accord tacite, l'un et l'autre l'évitaient, comme on évite les cordes sous le gibet d'un pendu. Là, Charlie, indûment, vient de rompre le pacte.

         — Stop ! ordonne Nora.

         De surprise, il cale. Elle en profite pour jaillir de la voiture.

         — Eeeeh, où tu vas ?

         —  Pas avec toi, en tout cas. Tes conneries, tu les assumes tout seul, comme un grand ; moi, je suis pas concernée.

         Elle fait demi-tour, remonte vers la prairie, clip-clop, si émouvante. Il la suit des yeux. Ses petites fesses parfaitement sphériques débordent du short trop court, dessinant deux gentils sourires au sommet de ses cuisses. Il a un élan pour la suivre, y toucher. Se retient. Dans l'état où elle est, c'est la gifle assurée. En soupirant, il redémarre.

                                                                                                                               (A suivre)

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 06:52

Chapitre 39

 Résumé des chapitres précédents : Le périple parisien s’est terminé par une engueulade avec Boris, et une remise en question assez perturbante pour Charlie et Nora. Heureusement, les voilà de retour dans leurs pénates.

 

         Nora reprend possession des lieux, le poney, le chat, les tomates, maîtresse incontestée de ce royaume miniature, sans mystère et sans drame. Le temps de repriser les accrocs de sa petite âme, et hop ! c'est reparti.

         Un matin, cependant :

         — Tu viens avec moi à Auxerre ? demande Charlie.

         Couchée dans l'herbe, en T-shirt grossièrement échancré et jean coupé sous l'aine, Nora s'empiffre de cerises. Dont elle crache les noyaux à la face du ciel, sa grande bouche dégoulinant de jus écarlate.

­         — Tu en veux ? propose-t-elle en tendant le panier.

         Il fait non de la tête, répète sa question.

         — D'accord.

         Elle saute sur ses pieds, époussète des deux mains le fond du short improvisé, secoue sa tignasse en désordre. Enfile ses tennis qui traînent un peu plus loin.

         — T'as l'air d'une négrillonne ! admire Charlie. Jamais vu un bronzage pareil, moi !

         — C'est l'huile d'olive.

         — Quelle huile d'olive ?

         — Celle dont je me tartine au lieu de crème solaire. Une recette de ma frangine. En Orient, les moukères font toutes ça.

         Il rit :

         — Ce que c'est d'avoir une sœur shootée au Club Med ! 

         Puis la renifle, méfiant.

         — C'est ma foi vrai que tu sens la friture.

         — Pas la friture, la salade fraîche, nuance. Et je t'emmerde.

         Il lui lape le gras du bras, elle proteste :

         — Veux-tu !

         En riant, ils se poursuivent jusqu'à la Titine. Embarquent, chacun par sa portière. Démarrent.

                                                                                                                                     (A suivre)

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 04:23

Chapitre 38

Résumé des chapitres précédents : Voilà Boris qui fait la leçon à Nora, maintenant. Décidément, ce type est imbuvable !

 

         — Ça suffit ! intervient Charlie que cet échange d'amabilités commence sérieusement à gonfler. Nora est assez grande pour savoir ce qu'elle veut, ce n'est pas à toi de lui dicter sa conduite. En ce qui concerne l'organisation du travail, OK, t'es le patron, mais tes leçons de morale, tu peux te les mettre où je pense. Et si ça ne te plaît pas, c'est le même prix.

         — Moi, ce que j'en disais..., grommelle Boris.

         — D'ailleurs, on ne va pas s'attarder. On a encore de la route, pas vrai Nora ? Deux cents cinquante bornes, avec la Titine...

         — Quand reviens-tu sur Paris ?

         — Aussitôt que ça s'avèrera nécessaire. Fais-moi signe dès qu'il y aura du nouveau.

         — Tu n'as toujours pas le téléphone ?

         — Toujours pas.

         — Un mauvais point pour toi. Prends au moins un portable, qu'on puisse te joindre, le cas échéant.

         — J'y penserai. Salut !

         Poignée de mains glacée.

         — Au revoir, Nora, soupire Boris. Et ne le prends pas mal si j'ai été un peu brutal.

         — Ne le prends pas mal non plus si je ne me suis pas écrasée, rétorque Nora, les lèvres tremblantes.

         Le temps de passer chercher leurs bagages, et ils sont sur la route. Le voyage est moins gai qu'à l'aller : chacun médite dans son coin. Nora pense au poney, aux tomates, au chat. À ses neurones en rade. À une vieillesse prématurée. Les travaux des champs, paraît que ça ride. Et les potagers, ça vous change en légume ? P't-être bien, à la longue. Est-il encore temps de redresser la barre ?

         « Quand on est  pro, on est tout seul, se dit Charlie. Normal, faut avoir les mains libres. Etre toujours sur la brèche pour les contrats, les journalistes, les relations publiques. Ma petite, dans tout ce tintouin, elle mourrait de peur. La prochaine fois que je monterai, je la laisserai chez nous, parmi les fleurs et les oiseaux. Dans un troquet, et saoule, à trois heures du matin... J'en ai froid dans le dos. Et avec un mec, de surcroît ! Pas sorcier de deviner où il voulait en venir, le fumier ! »

         — J'ai envie de musique, s'étire Nora.

         Elle sort de la boîte à gants un transistor datant de Mathusalem. Il crachotte sans scrupule mais remplit le silence. Elle cherche une fréquence, triture, tripatouille, et finit par tomber sur de l'opéra. Bizet. Dieu, que c'est tarte ! Le Top cinquante de nos ancêtres valait bien le nôtre.

         Mais bah, pour s'empêcher de penser, Carmen ou autre chose...

                                                                                                                                  (A suivre)

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 06:11

Chapitre 37

Résumé des chapitres précédents : c’est toute la vie de couple de Charlie et Nora qui est remise en cause par Boris. Selon lui, un rapport fusionnel est incompatible avec un travail pro.

 

         — La présence de Nora m'est indispensable, revendique Charlie, d’une voix blanche. Elle m'inspire, je teste mes idées sur elle. On a l'habitude de s'appuyer l'un sur l'autre.

         À la façon dont Boris serre les mâchoires — et que Nora, en son for intérieur, qualifie avec effarement de « spasmodique », —  on devine nettement son agacement.

         — Un peu puéril, comme attitude, non ? Il serait peut-être temps de couper le cordon, les p'tits loups. Vous êtes des individus, sacrebleu, des in-di-vi-dus ! Tu as ton destin, Charlie, et Nora le sien. L'entité bicéphale que je vois devant moi, il n'y a rien de plus négatif, de plus stérile. Chacun freine l'autre dans ses aspirations, de peur d'être lésé. Vous tissez autour de vous un cocon de méfiance, d'indisponibilité, d'interdits — dont celui de vous épanouir pleinement n'est pas le moindre. Et vous tournez le dos à l'avenir.

         À Nora :

         — Si ton mari veut réussir, il doit cesser de te traîner derrière lui. Les femmes sont des sangsues...

         Elle s'étouffe, ce dont il ne tient aucun compte.

         — Au lit et pour le confort domestique, je veux bien croire que tu es au top niveau, mais par pitié, contente-toi de ça !

          Petite toux sèche, incontrôlable, de Nora. La sangsue lui est restée en travers du gosier.

         — D'ailleurs, tu as ton boulot, toi aussi, je suppose ?

         Elle avale une goulée d'air, bloque sa respiration. Ouf, ça va mieux.

         — Accessoiriste ! lance-t-elle, avec un râclement de gorge entre chaque syllabes.

         — En-dehors de Charlie ?

         — Non. Jamais rien en-dehors de Charlie.

         Elle défie l'ennemi, farouche, triomphante. Son appartenance, c'est sa gloire, sa fierté. Ses lettres de  noblesse.

         Boris n'en croit pas ses oreilles.

         — Ça existe encore, des femmes pareilles ? Tu n'as aucun hobby, pas la moindre activité personnelle ? Même pas un job à temps partiel ?

         — Si : je jardine, je couds, je fais la vaisselle. Je nourris le chat et le poney. Je...

         — Tu n'as pas envie de reprendre des études ? D'avoir quelque chose à toi, un centre d'intérêt autre que ton ménage ?

         — Non.

         Regard furtif à Charlie (je suis bien, là ? Convaincante ?) puis elle rectifie :

         — Enfin... mon centre d'intérêt, ce n'est pas mon ménage, en fait, c'est mon homme. Le ménage, je m'en branle, hein, Charlie !

         Boris, atterré :

         — Tu lis, au moins ?

         — Oui, des polars, des BD...

         — Mais faut te secouer, ma grande ! Tu vas pourrir avant l'âge à végéter comme ça ! Tes neurones vont te laisser en rade, et...

                                                                                                                                  (A suivre)

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 06:17

Chapitre 36

Résumé des chapitres précédents : Voilà, les choses sont claires. « Nora et moi, on est inséparables, a dit Charlie. On ne conçoit pas d’être éloignés, même pour une heure ! »

 

         Silence. Boris se penche machinalement vers la théière, la soulève, se ravise devant les tasses pleines, la repose. On sent qu'il se concentre. Qu'il prépare son réquistoire.

         — Charlie, déclare-t-il — et je m'adresse aussi à toi, Nora —, jusqu'à présent, tu as bossé en amateur. Tu as gagné trois ronds, tu t'es bien amusé, parfait. Libre à toi de persévérer dans cette voie, si le cœur t'en dit. Tu as associé ta compagne à tes activités, OK, c'est tout à fait sympa de ta part. Mais aujourd'hui, l'occasion t’est offerte de passer pro. Grand pro, même. Je ne te cache pas qu'il y a des ouvertures internationales, européennes en tout cas. Ça justifie bien quelques petites concessions. Ça justifie aussi une vraie bagarre, pas de la chipoterie. Cette bagarre, on sera quatre à la mener de front. Mais si chacun de nous ramène à tout propos, qui sa fiancée, qui ses copains, qui ses moutards, autant laisser tomber tout de suite. Le mélange travail-famille, ça ne mène à rien, et je sais de quoi je parle. Ta femme est adorable, tu dois faire bien des envieux, mais comme assistante, elle vaut pas un clou. Excuse-moi Nora, mais tu comprendras que, vu la situation, il m'est impossible de prendre des gants. Dans ma troupe, j'engage Charlie qui me paraît avoir les compétences requises, je n'engage pas Charlie ET Nora. En l'occurrence, Nora, je suis désolé de le dire, est un poids mort. Il n'est pas exclu qu'on s'éclate de temps en temps, et dans ce cas, elle sera la bienvenue comme la femme de Flip et celle de Galapia. Mais dans le cadre du boulot, niet. Ai-je été assez clair ?

         KO, Charlie. Comme après un direct au foie.

         — Hé bé..., émet sa lèvre blème.

         Nora a plus de répondant. Faible et fragile, certes, inadaptée aux contingeances du monde, mais pas carpette. 

         — C'est moi qui m'occupe de ses costumes, de ses marionnettes..., proteste-t-elle.

         — Nous engagerons un régisseur professionnel. Fini le bricolage !

         — Sa présence m'est indispensable, revendique Charlie, d’une voix blanche. Elle m'inspire, je teste mes idées sur elle. On a l'habitude de s'appuyer l'un sur l'autre.

                                                                                                                                   (A suivre)

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 10:49

chapitre 35

 Résumé des chapitres précédents : Le tribunal Charlie-Nora siège dans l’appartement de Boris. La parole est à l’accusation !

 

         Boris et le thé sont dans la cuisine, on entend l'un qui prépare l'autre. Tic-tac fait la pendule de l’avant-dernier siècle. Sur la platine, des lieders de Strauss. Pas Johann ni Levis, Richard, le troisième larron. Nous avons affaire à une famille nombreuse.

         Nora et Charlie, silencieux, attendent. Pas très confortable, ces clubs, finalement !

         Revoilà Boris, le visage impénétrable.

         « Il a baissé le rideau de fer, pense bêtement Nora. Avec un panneau dessus : fermé pour cause de procès. »

          L’accusé pose le plateau sur la table, s'assied face à ses visiteurs, et laisse tomber, du haut de son piédestal :

         — Je vous écoute. 

         Pfiou, pas facile à dire. Autant, dans la colère, les arguments fusaient, autant, après vingt minutes de métro, quatre étages, plus le temps d'infusion du Djaardeling, on rase motte.

         Nora fixe ses tennis : une affaire, huit euros cinquante chez Leclerc. Noir, c'est joli sur des chevilles bronzées. Ils avaient les mêmes en beige et kaki. Elle a hésité. Beige, trop salissant, kaki, trop militaire. Bref, elle a pris noir et ne le regrette pas

         Charlie toussote pour s'éclaircir la voix.

         — Je voudrais savoir pourquoi tu as chassé Nora de chez toi, hier soir.

         Les sourcils de Boris se rejoignent au-dessus de l'arête du nez, qu'il a long et busqué.

         — Chassé ? Mais... je n'ai rien fait de semblable ! Elle m'a dit qu'elle avait un rencard, et... 

         Son regard incrédule passe de l'un à l'autre.

         — C'est ça, votre « truc grave » ? Ben vous en tenez une sacrée couche, vous deux !

         Il se sert une tasse de thé, l'avale cul sec. Se ressert. Charlie et Nora en font autant mais déclarent forfait après le premier round.

         — Écoute, Boris, reprend Charlie, aussi  patiemment que s'il s'adressait à un débile. Il faut que tu comprennes bien une chose : Nora et moi, on est inséparable. On va partout ensemble, on travaille ensemble, on ne conçoit pas d'être éloignés, même pour une heure.

         — Grands dieux ! s'horrifie Boris.

         — Je te jure, insiste Nora, c'est comme ça qu'on fonctionne !

         — Et on s'en porte bien ! assure Charlie.

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 06:48

Chapitre 34

Résumé des chapitres précédents : Houlà, Charlie se fâche ! Ce satané Boris va avoir de ses nouvelles !

 

         Le combiné sur l'oreille, Charlie affûte ses crocs. Une sonnerie, deux, trois...

         — Allo ?

         — Boris, c'est moi. Il s'est passé une chose inqualifiable, hier, à mon insu. J'aimerais qu'on en discute. Je peux passer te voir ?

         — J'ai un rendez-vous dans l'après-midi, mais si tu viens avant... Vers deux heures, ça t'arrange?

         — Je te préviens : Nora sera avec moi.

         — Bon.

         — On arrive.

         Il raccroche rageusement.

         — Je vais lui apprendre la politesse, moi, à ce goujat !  

         — Euh... Tu crois que ma présence est vraiment nécessaire ? se tortille Nora.

         — Et comment ! Faut faire bloc, ma vieille. Si j'y vais seul, c'est comme si on cédait.

         « Oh, mes tomates... Oh, les silences de mon jardin, le chat qui roupille sur mes genoux, une Série Noire, une verre de limonade... J'envie les escargots, on n'en a pas idée. Ils se planquent dans leurs tréfonds et pour les déloger ! Même en les cuisant, il y a une perte d'au moins vingt-cinq pour cent. Et le plus génial, c'est la façon dont leur coquille est agencée. De plus en plus étroit, de plus en plus intime à mesure qu'on recule. Au centre de la spirale, je suis sûre qu'ils rencontrent Dieu ! » 

         Quelle tête peut bien avoir le Dieu des escargots ?

         Cette question occupe Nora durant tout le trajet. Du moment qu'il n'a pas la tête de Boris...

                                                                                                                                           (A suivre)

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories