Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 17:21

IMG-copie-2.jpg

Devinez qui est le personnage au deuxième rang à droite... Eh oui, Jean Rollin ! En mai 68 ! 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 06:44

 

Belle de Nuits

  Allez, pour une fois, je vais vous raconter une Solitude qui ne me concerne pas directement, mais fait partie de nos anecdotes familiales.

         Mon lointain ancêtre, qui habitait Nuits-Saint-Geroges, avait trois filles surnommées « les belles de Nuits ». En tant que hobereau de province, il fréquentait les officiers de la garnison voisine, dont un certain Napoléon Buonaparte, caporal d’origine corse. La taille de ce dernier, ainsi que son accent à couper au couteau, faisaient de lui la tête de Turc de ses camarades — ce qui déplaisait à Ludovie, la plus jeune des trois sœurs. Elle le défendait donc bec et ongles, si bien que Napoléon la surnommait « mon bouclier charmant ». De là à demander sa main, il n’y avait qu’un pas — qu’il s’empressa de franchir.

          — Pas question ! répondit mon ancêtre, indigné. Jamais je ne donnerai ma fille à un petit caporal sans avenir.

IMG920.jpg

  La belle Ludovie, qui faillit devenir madame Buonaparte, en compagnie de son fils Louis, mon arrière-grand-père.       

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 06:48

Episode 36

  Résumé des chapitres précédents : Le Mollah Mou vient d’annoncer aux adeptes de sa secte que « l’Élu » était parmi eux.

 

         Les voûtes de la rue souterraine tremblèrent sous l’ovation de la foule. D’un geste solennel, Aurore réclama le silence puis elle extirpa l’enfant de sous sa burka et le brandit devant elle. L’assistance assitôt tomba à genoux, face contre terre.

         Aladdin portait un turban à l’ancienne que sa mère, lentement déroula. Ce qui parut hypnotiser Ruth Prout.

         — Qu’est-ce qu’elle a ? souffla Zoé à Sire Concis, en lui désignant la fermière.

         — Ch’sais pas... Elle n’a pas l’air dans son assiette... Ça va, ma chérie ?

         La chérie ne répondit pas. Elle n’avait d’yeux que pour la bande de tissu qui, peu à peu, dévoilait le crâne de l'enfant.

         — Oh, nom d’un chien..., souffla-t-elle, quand l’opération se termina.

         Un « ooooh » extatique monta de la foule. La tête d'Aladdin était garnie d’antennes.

         — Salope ! hurla Ruth Prout, en direction d’Aurore.

         Elle joua des coude pour se ruer vers l’estrade.

         — Salope ! Tu t’es faite engrosser par mon mari !

         Vingts paires de bras l’agrippèrent comme elle se jetait sauvagement sur sa rivale. 

                                                                                                                                          (à suivre)

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 06:30

Buvez, éliminez !

      Quand je suis arrivée au village, quelque chose a retenu mon attention : devant presque tous les parterres étaient posées, en rang d’oignons, des bouteilles d’eau. J’en demandai la raison, et l’on m’expliqua que ça éloignait les chiens, un peu à la manière des épouvantails à moineaux. Les reflets de la lumière dans l’eau leur otaient toute envie de lever la patte, ce qui sauvegardait les pétunias, giroflées et autres géraniums des agressions de l’urine canine.  

         — Mais ça gâche le paysage, objectai-je.

        — Certes, me répondit-on, mais c’est la tradition.

       Or, la tradition, Phiphi s’en bat l’œil. Il adore pisser sur les bouteilles en général, et sur celles-là en particulier. A chaque promenade, il fait donc une station devant chacune d’entre elles, qu’il couvre méthodiquement de dégoulinures jaunasses. Il n’a pas dû saisir toutes les subtilités du procédé, je pense. 

        Ou alors, c’est de la provo... 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 07:16

Episode 35

  Résumé des chapitres précédents : Zoé vient de surprendre le secret d’Aurore : elle convoque ses patients à un mystérieux rendez-vous. Aurions-nous par hasard affaire à une secte ?

 

         «  Le 13 avril, c’est dans 15 jours, calcula Zoé. J’y serai... Pourvu que Ruth et Sire Concis soient rentrés d’ici là ! »

         Ils le furent — comme quoi, il y a un Bon Dieu pour les trayeuses. Ayant découvert, après quelques recherches sur Internet, que la rue Watt se trouvait dans le XIIIème arrondissement de Paris, Zoé les y emmena au jour et à l’heure dits. Afin de n’être pas reconnues, les deux femmes portaient des voiles qui leur cachaient le visage, et Sire Concis dissimulait le sien un masque d’Anonymous.

         Cette rue, couverte par les voies de chemin de fer, était une sorte de vaste tunnel. Aux deux extrémités étaient postés des gardes qui, avant de laisser entrer nos amis, leur dirent ces simples mots :

         — On ne voit bien qu’avec le cœur...

         — L’essentiel est invisible pour les yeux, répondit Zoé sans hésiter.

         — Mais..., murmura Ruth Prout, les yeux arrondis de surprise. C’était... c’était la phrase préférée de mon mari, et... 

         Sa voix se perdit dans le bouhaha de la foule qui se pressaient vers une estrade, garnie d’une table et de deux sièges.

         Et sur ces sièges, qui y avait-il ? Oui, toi, là-bas, au dernier rang.

         Aurore Audoigtdefée, très bien. Et qui encore ? Toi, le grand à lunettes.

         Le Mollah mou. Bravo, vous avez bien suivi.

         Quand dix coups sonnèrent au clocher voisin, il prit la parole.

         — Mes amis, laissez éclater votre joie, dit-il d’une voix caverneuse. L’Élu est parmi nous.

                                                                                                                              (à suivre)

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 07:15

Pierre

  Au cours d’un de ses séjours chez nous, maman, tourmentée par notre athéisme recurrent, décide de prendre les choses en main. Elle expose la situation au curé de la paroisse, un dénommé Pierre, ma foi fort sympathique. À sa demande, il se présente chez nous et nous explique avec diplomatie que bon, si on ne croit pas en Dieu, no problemo : sa visite n’est pas professionnelle mais amicale. Dans ce cas... On l’invite à boire un p’tit coup, ce qu’il accepte sans hésiter.

         — J’ai passé un fort agréable moment, nous dit-il en s’en allant.

         — Reviens quand tu veux, lui répondons-nous.

         Il ne s’en prive pas. Une amitié naît — sans que, par un accord tacite, la question religieuse soit jamais abordée. Pierre est un joyeux drille, il aime rire, plaisanter. Nos idées politiques se rejoignent. Bref, en dépit de sa soutane (que, d’ailleurs, il ne porte jamais), nous sommes sur la même longueur d’ondes.

         Cette agréable relation durera plusieurs années.

         Jusqu’à ce que Pierre fasse des avances à Olivier, âgé de douze ans.

         Avances qui marqueront notre fils à vie, et dont il narrera les péripéties dans son album Pourquoi j’ai tué Pierre, illustré par Alfred.

         En tentant de nous remettre dans le droit chemin, ma sainte femme de mère n’avait pas prévu ça.

 

pierre 4

Extrait de l'album "Pourquoi j'ai tué Pierre", d'Olivier Ka et Alfred, paru aux éditions Delcourt.

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 17:26

Un ami libraire vient de m'envoyer ce document. Il émane des éditions Nathan. Le service "promotion" a mis toute la gomme, pour annoncer la sortie prochaine de mon album des "Mille et une nuits", illustré par François Roca ! Une pure merveille, que j'attends avec impatience. 

Mais... il y a un hic. Regardez le nom de l'auteur !559294_3858766762127_397276229_n.jpg

Repost 0
Published by Gudule - dans actualité
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 06:32

Episode 34

  Résumé des chapitres précédents : Pourquoi le client aveugle a-t-il prononcé cette phrase mystérieuse : « On ne voit bien qu’avec le cœur », en pénétrant dans le cabinet d’Aurore ? Et pourquoi cette dernière lui a-t-elle répondu : « L’essentiel est invisible pour les yeux » ?

 

         «  On dirait un truc appris par cœur, se dit Zoé, perplexe. Qu’est-ce qu’elle fout, Aurore ? Elle donne des cours de théâtre pendant ses heures de travail ? »

         Tout en s’activant, elle tendait l’oreille. La banque, par chance, était mal insonorisée. Les murs, aussi épais que du papier à cigarette (selon l’expression consacrée) laissaient filtrer les sons les plus ténus. Avec un peu d’attention, Zoé perçut donc le départ de l’aveugle et l’accueil du patient suivant.

         Quelle ne fut pas sa surprise d’entendre à nouveau :

         — On ne voit bien qu’avec le cœur...

         — L’essentiel est invisible pour les yeux.

         «  Elle leur fait passer un casting, ou quoi ? À moins que... »

         Un souvenir lointain lui remonta en mémoire. Elle avait lu pas mal d’aventures de Tintin, dans sa jeunesse, et en particulier Les cigares du Pharaon.

         «  ... à moins qu’il s’agisse d’un mot de passe ? Foi de moi, j’en aurai le cœur net ! »

         Elle se munit d’un verre qu’elle colla contre la paroi — ce qui, auditivement, lui donna l’illusion d’être dans la pièce — et attendit que sa collègue accueille le patient suivant.

         Elle ne fut pas déçue.

         Après l’échange de fomules habituelles, Aurore chuchota très vite :

         — Samedi 13 avril, 22 heures, rue Watt.

         Puis plus rien. Le silence, uniquement troublé par la respiration saccadée du patient, qui montait crescendo jusqu’au soupir ultime.

                                                                                                                                  (à suivre)


Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 05:48

Les dérives de la grande distribution

      14 juillet 2009. Sur le comptoir du Roc café traîne la Dépêche du jour, qui titre à la une : « Défilé de chars Leclerc sur les Champs-Élysées ».

         — Quoi ?! m’écriai-je en toute bonne-foi. Ils vendent des chars, maintenant, chez Leclerc ? J’y mettrai plus jamais les pieds !

         Je n’ai pas compris l’éclat de rire des copains. Jusqu’à ce qu’ils m’expliquent...

         Bon, d’accord, j’avais sorti une bourde, mais était-ce si idiot ? Matra édite bien des livres pour enfants, sous le label Hachette. Pourquoi un épicier ne vendrait-il pas des chars ?

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 06:46

Episode 33

  Résumé des chapitres précédents : Ce sont les alea du métier de trayeuse : Aurore Audoigtdefée est tombée amoureuse d’un de ses patient, le Mollah Mou, et ils ont procréé. Depuis, elle porte la burka, au grand dam de Zoé.

 

         À peine remise de son acouchement, Aurore reprit le travail comme si de rien n’était — hormis le fait, bien sûr, qu’à l’abri de la burka, Aladdin dormait, pendu à sa mamelle.

         Ruth Prout, quant à elle, décida de prendre des vacances. Avec l’aide de Sire Concis, elle aménagea son camion-citerne en un ravissant nid d’amour, et ils partirent se baguenauder dans la nature.

         La vie à la BNS suivait paisiblement son cours, quand un jour...

         Rien ne différenciait ce client des autres, a priori. Sauf ses lunettes noires et sa canne blanche. Lorsque Zoé, ayant terminé le patient précédent, s’approcha de lui avec un « à nous » cordial, il lui déclara :

         — On ne voit bien qu’avec le cœur...

         Touchée par cet aveu, elle sourit.

         — Comme je vous comprends ! dit-elle en le débraguettant.

         Il eut un mouvement de recul.

         — On ne voit bien qu’avec le cœur, répéta-t-il.

         Un peut surprise, elle approuva :

         — Oui, oui.

         Pour la troisième fois, l’aveugle articula sa petite phrase, avec une certaine impatience. Puis, comme Zoé restait silencieuse, il s’enquit anxieusement :

           Vous n’êtes pas Aurore Audoigtdefée ?

           Ah non, moi, c’est Zoé Borborygme.

         — Excusez-moi, j’ai dû me tromper de porte.

         Ayant fait marche arrière, il regagna la salle d’attente (qui était commune aux deux cabinets), et, quelques instants plus tard, Zoé l’entendit, à travers la paroi, répéter à nouveau :

         — On ne voit bien qu’avec le cœur...

         Et là, très clairement, Aurore répondit :

         — ... l’essentiel est invisible pour les yeux.

                                                                                                                       (à suivre)

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories