Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:00

 

 

                             L’INDÉSIRABLE

 

Rose ! Rooose !

Interrompue en plein travail, Rose se penche à la fenêtre.

Chut, Mona, pas si fort. Olivier dort.

         — Oh, pardon ! Tu m'offres un thé ? J'ai apporté des fitir bi agua.*

Rose se mord les lèvres.

C'est que… je suis déjà en retard pour ma rubrique, et…

— Juste une petite pose. Je ne te dérangerai pas longtemps, je te le promets. 

Soupir vaguement irrité.

Bon, d'accord, je descends. Entre, la porte est ouverte.

Mona est si gentille, n'est-ce pas ? Un peu envahissante, certes, mais toujours prête à rendre service. Rose le disait encore hier, à son mari :

— Qu'est-ce que je ferais sans elle ?  ­

— C'est surtout elle qui a besoin de toi,  a-t-il répondu.

Peut-être n'est-ce pas tout à fait faux. 

 

Une heure plus tard, elle est toujours là. Et Rose ronge son frein sans rien oser dire.

 

 

                                                                *

 

 

— Tu viens te coucher, Rose ?

— Je termine et j'arrive. Tu pourras porter mes deux pages à Orient-Magazine, demain, en passant ?

D'ac'… Comment ça se fait que tu bosses aussi tard ?

— Mona s'est incrustée tout l'après-midi… Elle avait apporté des gâteaux merveilleux, remarque ! Je me suis régalée… Tiens, au fait, elle m'a appris un truc affreux : elle a été excisée*, quand elle était petite. Tu savais que les mutilations sexuelles se pratiquaient en Égypte, toi ? Moi, je croyais que c'était seulement dans certaines tribus d'Afrique…

— Non, elles sont encore en vigueur dans pas mal de franges dures de l'Islam.

— Quelle coutume ignoble ! J'en suis toute retournée… Du coup, les hommes ne l'ont jamais intéressée. Forcément, elle n'éprouve pas de plaisir.

Elle s'est mariée, pourtant.

— Avec un vieux qui était déjà malade quand elle l'a épousé. Elle lui a servi d'infirmière, en fait. C'est triste, hein, une vie gâchée.

Bah, elle n'a pas l'air si malheureuse… Il était très riche ?

Moue dubitative de Rose.

— Je n'ai pas demandé de détails, mais riche ou pas, elle lui a sacrifié sa jeunesse et ce genre de chose n'a pas de prix.

Si : un bel héritage.

Oh, tu es cynique !

— Réaliste, plutôt. Elle a assuré son avenir, ta Mona, et là, elle est peinarde pour un bout de temps. Ça vaut bien un petit sacrifice, non ?

Rose hoche la tête, pas du tout convaincue.

— Ben moi, j'aurais préféré tirer le diable par la queue jusqu'à la fin de mes jours. 

Évidemment, : toi, tu ne penses qu'à l'amour,  sourit Amir.

Et elle, brusquement câline :

Tu t'en plains ?

 

 

*Fitir bi agua : petits gâteaux secs fourrés à la pâte de figue

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 08:11

 

 

FIN DES COMBATS

 

Après six jours d'affrontements, les combats s'arrêtent aussi subitement qu'ils avaient commencé. Et le Liban retrouve sa sérénité. Provisoirement, s'entend. Il ignore encore que cette guerre-éclair n'est que le prélude aux quinze années noires qui vont bientôt le déchirer, dressant les unes contre les autres ses différentes communautés, et le laissant exsangue et dévasté.

Mais n'anticipons pas, l'heure est à l'allégresse. Dans Zouk rasséréné, les mêmes villageoises qui, une semaine plus tôt, se lamentaient à grands cris, rendent grâce au Très-Haut. Les rayons de l'épicerie se remplissent à nouveau, les échoppes rouvrent leurs portes sur le chant des métiers à tisser, les enfants recommencent à jouer dans les rues. Seuls ceux qui avaient engrangé de trop grandes quantités de nourriture font la grimace, car tout se périme vite, en Orient, l'été. Charançons et punaises prolifèrent dans le riz, les pâtes, les lentilles, de sorte que les poubelles débordent bientôt de denrées alimentaires à peine entamées et déjà impropres à la consommation.

— Si ce n'est pas malheureux, un gâchis pareil ! vitupère Mona Aoun, en vidant ses placards. Rose, je t'en prie, embarque-moi cette bouffe tant qu'elle est encore bonne, ça m'évitera de la jeter.

Et Rose s'en retourne chez elle les bras chargés de provisions, en se disant que, finalement, Tout est bien qui finit bien.

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:02

 

 

                                LE CONFLIT S’INTENSIFIE

 

Deux personnes, cependant, semblent imperméables aux affres collectives : Rachad et Omane. Comme À quelque chose malheur est bon (dixit l'inénarrable Suzanne Vermeer) Rose avait espéré, en son for intérieur, que la situation politique les réunirait à nouveau. Se serrer les coudes dans l'adversité, c'est le propre d'une famille, n'est-ce pas ? Quand la vie est en jeu, les autres considérations passent au second plan… Espoir déçu, hélas : dans le hurlement des Mirages comme sous l'azur clément, les parents de la petite Nadège demeurent recroquevillés dans leur douleur, derrière les hauts murs qui les isolent du monde.

        

 

                                                                 *

          

 

Le 8 juin au soir, alors que Rose et Amir s'apprêtent à dîner, des coups de klaxon précipités leur parviennent de la rue.

Qu'est-ce que c'est encore ? bondit Rose, sur le qui-vive.

Elle a les nerfs à fleur de peau. Toute la journée, Migs syriens et Phantoms israéliens ont survolé Zouk en alternance, tels de sinistres oiseaux de proie.

Ne bouge pas, je vais voir, dit Amir.

Il sort, revient au bout de quelques minutes.

C'est la police. Ils veulent qu'on occulte toutes les fenêtres.

Exclamation étouffée de Rose :

Pourquoi ? Ils… ils craignent une attaque du village ?!

— Mais non, voyons : simple mesure de précaution. Nous ne sommes qu'à une vingtaine de kilomètres de Beyrouth.

Déjà, il cherche nappes, torchons, serviettes à punaiser sur les chambranles, afin qu'aucune lumière en transparaisse à l'extérieur. 

— C'est provisoire, précise-t-il. Demain, j'irai acheter du papier noir à scotcher sur les vitres.

Une fois l'opération terminée.

J'étouffe, dit Rose. J'ai l'impression d'être dans un bunker.

Sitôt qu'on aura éteint, on les retirera, la rassure Amir.

— Alors, éteignons tout de suite  : je préfère encore le manque de lumière au manque d'air.

Si tu veux de l'air, va au jardin !

Excellente idée. La lune, au moins, on ne l'occultera pas…

Ni une ni deux, elle couche Grégoire dans le hamac — où il s'endort aussi sec —, et amène le berceau d'Olivier sur la terrasse. Jusqu'à des heures indues, ils resteront dehors, à contempler les étoiles dans l'ombre. Car, avec la nuit, la ronde infernale des avions s'est calmée.

Ce n'est qu'une trêve, hélas. Qui sait ce que leur réserve demain ? 

On aimerait que le jour ne se lève jamais, dit Rose.

Mais, déjà, les premières lueurs de l'aube pointent à l'horizon.

 

 

        

                                           

 

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 00:44

 

                                                          TERREUR

 

         Dans les jours qui suivent, la tension générale prend une ampleur sans précédent. Les nouvelles, déjà alarmantes, que diffuse la radio, sont propagées et amplifiées par une population en transes. Afin de prêter main forte à l'armée égyptienne, la Syrie, l'Arabie saoudite et la Jordanie mobilisent leurs troupes. Selon la rumeur, le conflit frontalier s'étendrait à présent jusqu'au Sud-Liban. La ville de Saïda elle-même aurait été touchée et, l'on y déplorerait de nombreux morts. Les camps palestiniens, situés aux abords de Beyrouth, seraient la prochaine cible des tirs israéliens… Bref, dans les petites rues de Zouk courent les bruits les plus catastrophistes, que Mona Aoun se charge de colporter pour les démentir une heure plus tard, faisant en continu la navette entre son domicile et la maison Tadros.

Terrée dans son jardin, ses bambins autour d'elle, Rose se sent comme une mère lapine à l'ouverture de la chasse. Il s'en faudrait de peu que, à l'exemple de Suzanne Vermeer, elle n'adjure le Ciel de la protéger. Sauf que c'est du ciel, justement, que vient la menace : l'espace aérien, saturé d'avions de tous bords, n'est plus qu'un terrain de manœuvres militaires que hantent des grondements permanents.

À la moindre alerte — et Dieu sait s'il y en a ! — Rose entraîne sa marmaille dans l'embrasure d'une porte, car c'est l'endroit, d'après les spécialistes, où l'on doit se réfugier en cas de bombardement.

— Tu arrêtes ton cirque ? lui crie Amir, sans interrompre ses accords de guitare. Ici, à Zouk, on ne risque rien. Combien de fois faudra-t-il te le répéter ?

— Si tu as envie d'être enseveli sous les décombres, libre à toi,  répond Rose. Mais moi, j'ai le sens des responsabilités.

Il lève les yeux au ciel, poursuit ses doudoum doudoum sur la voix langoureuse de Gabriel Askar :

 

Ton corsage est fermé sur un beau paysage

De collines, de prés et de sources sauvages…

 

Et dans la tête de Rose, aux collines, aux prés et aux sources de la chanson se substituent déjà les cendre fumantes de ce qui fut jadis le cadre de son bonheur.

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 04:37

 

 

                                  FUTUR MUSICIEN

 

 

En fin de matinée, Amir, comme chaque jour, descend à Beyrouth. Mais une heure plus tard, il est de retour.

— Impossible d'entrer en ville, c'est la faouda*, annonce-t-il. Le trafic est complètement perturbé, il y a des barrages partout, des embouteillages…

Et ta répétition ?

— Elle est annulée. Les milices refoulent les voitures, ordonnent aux gens de rentrer chez eux, ferment les magasins. Paraît qu'il y aura même le couvre-feu, ce soir.

Sans blague ? Mais c'est VRAIMENT grave, alors ?

Jusque là, Rose s'efforçait encore d'en douter, de miser sur une hystérie collective — à laquelle, d'ailleurs, elle participait. Il y avait dans sa peur une sorte d'irréalité à laquelle, d'instinct, elle se raccrochait. Comme une comédie qu'on se joue à soi-même pour se donner des émotions fortes.

— Plus que nous ne pouvons l'imaginer, à mon avis, opine Amir, visionnaire sans le savoir.

Laissant les enfants sous la surveillance de leur père, Rose court annoncer ces mauvaises nouvelles à Mona Aoun.

— Israël, c'est le diable qui nous mènera tous en enfer,  prophétise lugubrement cette dernière.

Bien que de tels propos heurtent ses convictions, Rose juge inopportun de la contredire. D'une part, elle n'est pas d'humeur à polémiquer, et de l'autre, elle manque d'arguments. D'ailleurs, ses prises de position n'étant dictée que par les élans de son cœur— ce qui l'amène, comme nous venons de le voir, à changer fréquemment d'opinion —, elle fait piètre figure dans les discussions politiques, et préfère donc s'en abstenir.

— Bon, je rentre chez moi, mon mari doit être débordé, allègue-t-elle, pour couper court à toute velléité de controverse.

Sur le seuil, des accords familiers l'accueillent. Amir a branché guitare et ampli afin d'accompagner ses propres créations, enregistrées sur magnéto.

—Tu t'exerces tout seul, maintenant ? s'étonne Rose.

— Bien obligé. Je suis coincé ici, alors que…

Un petit cri tremblé, montant du berceau placé tout à côté des baffles, lui coupe la parole.

— Tu as descendu Olivier ? Il était réveillé ?

         — Oui… et attends, je vais te montrer quelque chose d'extraordinaire.

L'entraînant vers le bébé, Amir reprend le morceau entamé : doum, doudoum, doudoum

Oh ! s'écrie Rose. Il se balance au rythme de la musique.

Et tu n'as pas vu le meilleur.

Le tempo s'accélère ; Olivier suit le mouvement.

— Ça alors, je n'en reviens pas, souffle Rose. Si petit et déjà l'oreille musicale.

Ouais… Incroyable, hein ! Et il est parfaitement synchro.

         Posant l'instrument, Amir prend tendrement son fils dans ses bras.

         — Tu es doué, petite grenouille. (À Rose) Nous en ferons un jazzman.  

         — C'est peut-être lui qui, un jour, chantera nos chansons, rêve Rose.

Son mari éclate de rire.

— Penses-tu ! On sera hors-jeu, nous, à ce moment-là. Complètement dépassés.  Mais comme il aura hérité de ton talent et du mien, il sera à la fois auteur et compositeur.

— Un fils chanteur, murmure Rose. Oui, ça me plairait bien. Et Grégoire, il deviendra quoi, d'après toi ?

Au même instant, le petit garçon déboule du jardin, une Dinky toys  dans chaque main. 

Papa ! Viens zouer aux 'oitures !

Un coureur automobile, pouffe Amir.

Ah, non ! proteste Rose. C'est bien trop dangereux.

Alors, un vendeur de bagnoles.

Rose fait la grimace.

— Un designer, plutôt. Qui créera de nouvelles lignes de carrosseries aérodynamiques.

— Va pour designer, concède Amir dans un sourire. Mais c'est bien pour te faire plaisir… Tu prends la rouge et moi la jaune, bonhomme ? Allez, chacun son tour : vroum, vrrroum !

  

* La faouda : le désordre, la folie

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 08:28

 

 

                                            AFFRONTEMENTS

                         

         Le 5 juin au matin, des clameurs éclatent dans le village. Rose se précipite à la fenêtre :

         — Qu'est-ce qui se passe ?

Un groupe de villageoises parcourt les rues en poussant des « îhîî » suraigüs.

Chou aïda ? * leur crie Amir.

— La guerre a éclaté, répond l'une d'entre elles en tombant à genoux, les bras au ciel. Allah nous protège !

Allume vite la radio, lance Amir à sa femme.

La voix du présentateur s'élève, âpre, gutturale. « C'est fou, pense Rose en un éclair, à quel point les sonorités de la langue arabe peuvent varier d'une bouche à l'autre. Chez Feirouz, par exemple, elles sont limpides, cristallines. Et là, c'est du concentré de haine. »

— Qu'est-ce qu'il dit ? interroge-t-elle.

         — Israël a attaqué l'Egypte. Les deux pays se pilonnent

mutuellement.

Rose reçoit la nouvelle comme une gifle.

— Jaffa est touchée ?

Amir, l'oreille contre le poste, lui fait signe de se taire. Et tandis que se poursuivent les informations, une photo entraperçue dans le journal assaille l'esprit de Rose. S’anime. Devient une séquence d’épouvante.

 

Jaffa, ombre et lumière. Sur un seuil, une vieille femme berce un enfant. Plus loin, un chien, allongé sur le flanc, dort au soleil, dans le parfum des orangers.

A l'horizon passe une silhouette, noire sur le ciel blanc. Celle d'un homme jeune, son Leika à l'épaule. Un homme au nez chaussé de petites lunettes rondes, à la John Lennon…

         Soudain, un bruit de moteur troue l'air léger, et s'amplifie, jusqu'à devenir assourdissant. Le jeune homme lève la tête, saisit son appareil. Une déflagration interrompt son geste. Autour de lui, tout vole en éclats : les arbres, les maisons, la ligne d'horizon. Un geiser de feu déchiquette la vieille, l'enfant et le chien. Tandis que les avions rasent le paysage dévasté, le photographe court, l'échine ployée, à la recherche d'un abri. Trop tard : une nouvelle explosion le fauche en chemin. De lui, ne restent plus, quand la fumée se dissipe, que des membres éparpillés parmi les ruines. Et un Leika, propulsé dans l'espace par le souffle mortel, qui retombe en tournoyant dans un nuage de poussière...

 

— Les petits ! articule Rose, bondissant vers Grégoire comme si les événements qu'elle vient d'évoquer n'attendaient qu'une seconde d’inattention pour se déclencher.

Elle le prend dans ses bras, l'embrasse fougueusement.

— C'est effrayant, commente Amir en éteignant le poste. Je ne voudrais pas être israélien, à l'heure qu'il est. Tous les pays arabes vont leur mettre la pâtée.

Pauvre gens, gémit Rose.

Amir approuve d'un hochement de tête.

— Ah, ça, ils n'ont pas une position très confortable. Mais c'est leur faute, aussi.  Ils n'avaient qu'à se tenir tranquilles.

Qui va gagner, à ton avis ?

— Tu le demandes ? Comme c'est parti, Israël sera bientôt rayé de la carte.  Ce qui ne sera pas un mal pour les Palestiniens, remarque : eux aussi ont été éjectés de leur pays.

— Moi, je suis toujours du côté du plus faible, dit Rose. Jusque maintenant, j'étais plutôt pro-palestinienne, mais si tout le monde s'en prend aux Juifs, alors, je serai pro-juive.

Et s'ils nous bombardent ?

Rose a un haut-le-corps.

Il y a des risques, tu crois ?

Possible.

Elle serre Grégoire contre elle.

 — Alors, je ne serai plus pro-personne ! siffle-t-elle farouchement.

 

* Chou aïda ? : Qu'est-ce que c'est ?

 

                                          

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 07:56

 

 

                                   MENACES DE GUERRE

 

—Tu as lu les nouvelles ? dit Mona Aoun, en tendant le journal. Ça va de mal en pis !

Rose, que l'actualité ne tracasse pas outre mesure — elle a suffisamment de problèmes personnels pour ne pas, en plus, s'investir dans ceux de la nation  —,  jette un coup d'œil distrait.

— Oh, moi, tu sais… Depuis que j'habite Zouk, je ne suis plus au courant de rien.

— C'est un tort, nous vivons des moments historiques. Tous les pays arabes se liguent contre Israël. La guerre est à nos portes. 

La guerre ? Tu exagères !

Absolument pas. Écoute la radio, tu auras froid dans le dos.

Joignant le geste à la parole, elle allume le petit transistor dont Rose ne se sert jamais, pour la bonne raison qu'il ne capte pas de stations en français. Des éructations d'une violence effarante s'en échappent.

Tue ! Tue ! Éventre ! L'ennemi de notre peuple doit mourir ! traduit Mona Aoun.

Hein ? souffle Rose. C'est quoi, ces horreurs ?

— Ces horreurs, comme tu dis, sont du conditionnement. Il faut motiver les gens, tu comprends ? Les préparer à aller se battre. Du coup, tous les programmes sont remplacés par des chants guerriers et des appels au meurtre, histoire de faire monter la tension.

Rose n'en revient pas.

On croit rêver, commente-t-elle.

— Cauchemarder, plutôt, rectifie Mona Aoun. Et, un conseil, fonce à l'épicerie : si tu attends trop longtemps, il ne restera plus rien de comestible.

Ces recommandations ravivent, chez Rose, des souvenirs enfouis. Pas les siens, en fait, ceux de Suzanne Vermeer. Que de fois celle-ci a évoqué, devant sa fille née après l'Armistice, les difficultés de vivre pendant l'occupation. Privations, tickets de rationnement, attentes interminables devant les magasins d'alimentation, farine coupée au plâtre, marché noir, etc. Pour se conclure inévitablement par ce leitmotiv : « Vingt kilos, j'avais perdu, tu te rends compte ? J'étais devenue squelettique. »

Tu penses vraiment ? interroge Rose d'une voix incertaine.

— Je ne pense pas, je suis sûre. Quand j'y suis passée, ce matin, il n'y avait déjà quasiment plus de sucre. File, je garde tes gosses. Et ne lésine pas sur les quantités, hein ! Simple question de prévoyance.

Rose ne se le fait pas répéter et, sur place, constate de visu le bien-fondé de la recommandation. Une tornade semble s'être abattue sur les rayonnages, d'ordinaire bien garnis, de la boutique. Plus un seul paquet de pâtes ou de riz. Le niveau des barriques de haricots secs, pois chiches et autres légumineuses a tellement baissé qu'on en voit le fond. Quant au lait en poudre, au pain, au fromage, on n'en détecte plus la moindre trace. À part des cornichons, des légumes en saumure et quelques pâtisseries rances où s'agglutinent les mouches, tout a été dévalisé.

Rose en est quitte pour ramener trois tomates blettes, des oignons, et un demi-kilo de fèves échappées au désastre.

          —Téléphone à ton mari pour qu'il t'apporte des provisions de Beyrouth, la presse Mona Aoun.   

          Gagnée par la névrose ambiante, Rose obtempère. Et se fait envoyer sur les roses.

— Si tu t'imagines que j'ai le temps, râle Amir. Débrouille-toi avec tes courses.

—Mais c'est la guerre, proteste-t-elle. On va manquer de réserves.

C'est quoi encore, ce délire ?

Je te jure : ici, l'épicerie est vide, archivide.

En ronchonnant, il promet de passer au souk avant de rentrer, et raccroche.

— Ah, les hommes… soupire Mona Aoun qui a suivi la conversation. On ne peut jamais compter sur eux : ce sont des karaköz *, tous autant qu'ils sont ! Heureusement que nous, les femmes, avons les pieds sur terre, sans quoi…

D'un doigt maternel, elle relève le menton de Rose et, la fixant droit dans les yeux :

— N'aie crainte, moi, j'ai pris mes précautions. Et mon garde-manger sera toujours à ta disposition et à celle de tes enfants. Vous ne manquerez de rien, je m'y engage… Qu'est-ce qu'on dit à sa Nana ?

Et, d'un geste mutin, elle lui plaque un bisou sur le bout du nez.

 

 

                                            * Karaköz : polichinelle, bouffon

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 23:47

 

 

                                         FOUTUE ENTÊTÉE !

 

         Fin mai. Le printemps bat son plein. La montagne libanaise n'est qu'un bouquet de fleurs, les jardins embaument. Rose promène ses enfants dans les petites rues de Zouk inondées de soleil, et, chaque fois qu'elle passe devant chez sa belle-sœur, s'arrête pour crier :

Omaaane, tu nous manques !

— Omaaaane, noumank' ! répète Grégoire, en écho.

C'est devenu une sorte de rituel. Ils vont "appeler Omane" comme on fait : « Coucou, le loup » en entrant dans un bois. Et, comme le loup, Omane ne répond jamais. La petite porte voûtée demeure irrémédiablement close sur son silence de mort.

Alors, Grégoire demande :

Koukoi elle est pas là, Omane ?

Et Rose poursuit sa route, tête basse, en traitant sa belle-sœur de foutue entêtée, et en regrettant le temps si doux de leur amitié.

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 23:23

 

 

                                          LA FAMILLE IDÉALE (BIS)

 

Le studio-photo se trouve dans l'immeuble Starco d'où Rose, jadis, s'est fait virer manu militari par Jo Fattal.

« Pourvu que je le croise dans l'ascenseur », pense-t-elle, toute frétillante.

Revenir auréolée de gloire sur le théâtre de ses "exploits" passés la rend si euphorique qu'elle rit toute seule.

— De la dignité, mère idéale, lui souffle son mari. On arrive.

En se mordant les lèvres, elle pénètre, flanquée de ses deux enfants, dans le somptueux bureau d'accueil. Puis, Amir s'étant présenté à la secrétaire, celle-ci les introduit dans le saint des saints : une vaste pièce blanche, garnie de projecteurs en forme de parapluie, où les attendent Georges Lahoud et le photographe.

Présentations, sourires, compliments :

— Vous avez des enfants magnifiques !  

On les installe sous le faisceau lumineux, le père à droite, la mère à gauche, les gosses au milieu ; on règle les objectifs.

— Non, ça ne va pas. Rapprochez-vous les uns des autres, le bébé bien en évidence.

On re-règle.

— Plus près, les parents. Et toi, le petit, cesse de gigoter !

Ça ne va toujours pas. Grégoire, qui a trop chaud, commence à pleurnicher, Olivier réclame à téter. Pendant que Rose, toute confuse, donne le sein, le photographe et Georges Lahoud discutent. Le ton monte. Visiblement, quelque chose cloche. Amir s'en mêle, parlemente à son tour. Puis revient lentement vers sa femme.

Il y a un hic, dit-il.

Rose ouvre des yeux ronds.

Lequel ?

Ben… tu n'as pas le physique du rôle.

Ah ? Pourquoi ?

Du regard, Amir appelle le journaliste à la rescousse.

— Nous voulons créer un symbole dans lequel tous nos lecteurs se reconnaîtront, explique ce dernier. Or, la femme libanaise est grande, épanouie. Elle a les hanches larges, une chevelure abondante, des lèvres pulpeuses. Comment voulez-vous qu'elle s'identifie à vous qui êtes tout l'inverse ?

Rose avale sa salive.

On ne convient pas, alors ?

— VOUS ne convenez pas. Votre mari, lui, est l'archétype du bel Oriental. Quant à vos enfants …

La voix du photographe, posant une question en arabe, l'interrompt.

Tayeb *, répond-il.

         L'instant d'après, la secrétaire est sur le plateau. Le photographe la place entre Amir et Grégoire, prend un peu de recul, apprécie d'un hochement la tête puis s'enquiert :

— Ce n'est pas mieux ainsi ?

— Parfait,  approuve Georges Lahoud. Rose, donnez votre bébé à Wadiah, s'il vous plaît.         

Rose obtempère à contrecœur.

— Très bien. Lève-le plus haut, Wadiah. Approche-le de ta joue, oui, comme ça. Souris. Il faut qu'on lise la tendresse sur ton visage. N'oublie pas que tu es une mère comblée.

Maladroitement, la secrétaire— qui, de toute évidence, n'a jamais manipulé un nourrisson de sa vie — se plie aux directives.

Eeeeh, soutenez sa nuque, s'affole Rose. Amir, aide-la !

Bon an mal an, la pose est prise : Grégoire, trônant sur les épaules de son père, celui-ci, le bras passé autour de la taille de son "épouse", et tous trois unis dans une même contemplation extasiée d'Olivier.

« Pfff, ce qu'ils ont l'air tarte ! » pense Rose, amère.

 

Tout tarte qu'il soit, le "portrait de famille" a un succès fou. Au point que la direction de L'Hebdo du Liban, après l'avoir utilisé en couverture, le tirera en affichettes, agrémenté de ce slogan : À famille idéale, magazine idéal. Durant un mois entier, elles orneront les panneaux publicitaires et les vitrines des marchands de journaux. Lorsqu'elle en croisera une, Rose détournera rageusement les yeux. Et, à son beau-frère, navré de lui avoir, bien malgré lui, infligé ce cuisant camouflet, elle lancera comme un défi :

—Tu diras à Omane que, moi aussi, je suis non conforme. Ça nous rapprochera peut-être.

Mais même pas.

 

 

·      *Tayeb : d'accord

 

 

 

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 08:04

                                                  LA FAMILLE IDÉALE

 

 

—Le téléphone sonne ! crie Rose par la fenêtre. Tu décroches, Amir ? Je ne peux pas répondre, je change Olivier.

OK, bâille Amir, en sautant du hamac.

Cinq minutes plus tard, il monte la retrouver.

C'était mon frère. Il a besoin de nous.

Omane ? interroge Rose, le cœur battant.

— Non, rien à voir. C'est à propos de boulot. Un de se collègues de l'Hebdo — Georges Lahoud, tu connais ? …

— Non.

— Peu importe. Georges Lahoud, donc, prépare un dossier sur "La famille idéale". Des photos de Rachad, Omane et leur bébé devaient l'illustrer, c'était prévu bien avant l'accouchement. Comme le journaliste s'est adressé au plus grand photographe de Beyrouth, le rendez-vous était pris depuis des mois. Et maintenant, bien sûr, Omane ne veut plus en entendre parler. Tu devines la suite…

Rachad nous demande de les remplacer, c'est ça ?

Voilà, t'as tout compris. Qu'en penses-tu ?

— Pourquoi pas ? J'enverrai l'article à mes parents, ils seront tout fiers. En plus, c'est assez rigolo de se retrouver en vedette dans le journal qui m'a jetée.

Tu es d'accord, alors ?

— Heinhein !

Tant mieux, parce que j'ai accepté.

On y va quand ?

— Cet après-midi. J'ai prévenu Gaby que je serais en retard à la répète. Il râlait mais tant pis : ce n'est pas tous les jours qu'on pose pour la postérité.

 

Le temps de se faire beaux, et il sont à pied d'œuvre. Rose est excitée comme une puce.

« La famille idéale, se répète-t-elle sur tous les tons. Nous allons représenter la famille idéale. »

Il y a, dans ce retournement de situation, une ironie du sort revancharde qui l'enchante. Une sorte de pied-de-nez à la vie. Avec une jubilation qui augmente de minute en minute, elle se remémore le chemin parcouru par la petite fille-mère bruxelloise — chemin jonché d'humiliations, de ricanements méprisants, de claques-dans-la-gueule — et débouchant soudain, pouf ! sur cette consécration suprême : incarner publiquement les fondements mêmes de la société.

Zénab va en avaler son dentier, glousse-t-elle.

         Dans son esprit, cette réflexion résume à merveille tout ce qui précède.

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories