Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 09:33

 

 

                                                  MIROIR, MON BEAU MIROIR

 

 

         Si, telle la Jézabel de Racine, je redoutais « des ans l’irréparable outrage  », cette crainte, aujourd’hui, n’était plus de saison.  Les signes que je traquais jadis dans mon miroir — cheveux gris, rides, ridules, coussinets sous les yeux, empâtement des hanches, des chevilles, de la taille —, semblaient bien anodins, comparés aux syndromes qui me frappaient depuis peu. Une vieille en bonne santé, c’est, ma foi,  supportable, et ça peut même encore faire illusion.  Une malade condamnée à plus ou moins court terme, non. Je repensais souvent à ces fleurs filmées  en accéléré. L’on y voyait, hop, hop, naître et s’ouvrir le bourgeon, puis s’épanouir un à un les pétales  avant l’altération finale (le tout — naissance, vie et mort — torché-bouclé en moins de dix secondes.)

         — Comment peux-tu m’aimer dans cet état ? demandais-je à Castor.

         Il riait.

— Je t’aimerais dans n’importe quel état, voyons.

         Un ange, je vous dis !

         Or, offrir à cet ange une face de pleine lune bouffie par la cortisone me navrait.  Moi qui ai toujours nié la maladie — et, par conséquent, ses stigmates —, je me retrouvais, comme tous les cancéreux,  marquée du sceau d’infamie de la chimio. En dépit de mes casquettes bardées de badges sympas, j’avais le sentiment d’incarner, de manière outrancière, la malédiction de l’époque. Un truc honteux, assez sale et repoussant, un peu comme la vérole au XIXème siècle. Mais Castor, qui était le seul à me voir tête nue,  relativisait ces affres d’un sourire. Il trouvait même moyen d’ajouter que j’étais belle. Cette formule magique, en éloignant la farandole grimaçante de mes spectres, me rendait, un instant, ma chevelure luxuriante et mon intégrité physique. D’autant qu’elle se doublait forcément d’un baiser — autre exorcisme, et non des moindres.

         J’émergeais donc de ses bras telle Vénus sortant de l’onde ; toute neuve à chaque fois. 

         Pour cela aussi — pour cela surtout —, ma reconnaissance lui est acquise à tout jamais.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 25/12/2013 20:57

Houuuu, merci Annie ! Et bon retour sur ce blog (agréablement fréquenté) !

GH 25/12/2013 14:02

Deux jours d'interruption (fêtes obligent et famille très présente…) et je reviens pile sur le dernier épisode que j'avais lu; signe que ton roman, je l'ai un peu dans la tête !!!

Gudule 23/12/2013 10:26

Hi hi, Annie, la mienne, de mère, quand je lui demandais si j'étais belle, me répondait du bout des lèvres : "Tu es comme il y en a beaucoup". Les amants son nettement plus habiles que les mères,
au niveau du langage !

GH 23/12/2013 02:34

Demain, je rattrape mon retard…

GH 23/12/2013 02:33

Sur ce, il est peut-être temps de faire une tentative de sommeil ! A+

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories