Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 06:38

Chapitre 15

Résumé des chapitres précédents : Charlie et Nora, provinciaux joyeux et fusionnels, montent à Paris, à la demande du célèbre clown Boris.

 

         À peine six heures de route et la porte d'Italie est en vue. Honorable, comme moyenne ! Une chance : pour rejoindre le  XIIIème, pas besoin de traverser Paris.

         Le studio d'Anne est situé le long des voies de la gare d'Austerlitz, rue du Chevaleret. Un cinquième sans ascenseur, mais le jeu en vaut la chandelle : de là-haut, on a une vue imprenable sur le pont de Tolbiac, les enchevêtrements complexes du réseau SNCF, et plus loin, la Seine. En toile de fond, les entrepôts de Bercy, les Mercuriales de Bagnolet et, sur l'extrême-droite, en se penchant un peu, un bout du Sacré-Cœur. Le tout découpé sur un ciel d'une clarté aveuglante.

         Accueillant, ce petit nid, malgré le manque de confort ! Difficilement habitable à long terme, mais parfait pour un breack. Quelques bouquins, des palmiers en plastique, un hamac... 

         — Décidément, constate Charlie, ta frangine ne s'est jamais remise de son voyage à l'ïle Maurice. 

         Nora ne répond pas. Elle jauge la solidité dudit hamac, suspendu à des pitons ancrés dans le mur.

         — Ça m’a l'air confortable.

         Anne a soigneusement étudié l'emplacement pour que le soleil donne en plein dedans.

         — On peut bronzer à poil.

         Tandis qu'elle se désape, Charlie farfouille dans la bibliothèque.

         — Nom d'un chien, un vieux Jack London ! Je lisais ça quand j'étais môme.

         Il se laisse choir sur un tas de coussins, près de la fenêtre.

         — Je n'y suis pour personne. 

         L'après-midi débute à peine. Jusqu'au soir, ils vont se perdre, lui dans son roman, elle, dans un balancement hypnotique. Ils en oublieront le boire et le manger, et n'émergeront qu'à la nuit tombée, lui des blizzards du Grand Nord, elle des somnolences tropicales, en proie à une fringale de tous les diables. 

         — Toi qui connais le quartier, y a un fast-food dans le coin ? interroge Charlie, abandonnant bivouac, traîneaux et chiens. Je me taperais bien un double-cheese.

         Nora saute du hamac, réenfile, en quelques contorsions, son jean légèrement trop étroit.

         — Moi, un Bigburger, avec une tonne de ketchup et des frites.

         Voilà que ne va pas arranger les choses !

                                                                                                                 (A suivre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

gudule 16/03/2013 06:08

Wahou, Pata, tu n'es pas avare de commentaire, toi, au moins ! Contente de voir que tu t'y accroches, à ce feuilleton. Grosse bise.

Pata 15/03/2013 23:15

Remarque, passer de croc-blanc à "j'ai les crocs", c'est plutôt logique comme transition :))) Jolie escale que cette entrée à Paris, et puis, jusqu'ici, tout va bien :)

gudule 24/02/2013 18:38

Tu le constateras dans quatre ou cinq chapitres...

Castor tillon 24/02/2013 18:21

Est-ce qu'on peut jouer aussi au criquet, dans le hamac ?

gudule 23/02/2013 05:29

Ah d'accooord ! J'avais pas trop saisi, mais oui. Moi, mes premières vacances à Paris, c'était chez une copine dont l'appartement donnait sur l'un des grands boulevards (je sais plus lequel).
Impossible de fermer l'œil de la nuit. Paris by night grandeur nature. Elle, elle dormait comme une souche.

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories