Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 07:03

Chapitre 87

  Résumé des chapitres précédents :  Ce requiem qui traverse les murs, c’est pas normal. Peut-on blâmer Nora d'en chercher la provenance, franchement ?

 

         Tiens ? la porte de l'ange est entrouverte. Voilà d'où sort le son — ainsi qu'une lueur de flammes qui, dans la pénombre, dessine un rai vertical et mouvant.

         En  passant, Nora ne peut s'empêcher de glisser un rapide coup d'œil par la fente. Et ce qu'elle aperçoit la cloue sur place.

         Que font-ils, ces deux-là ?

         Ils se rendent heureux, mon enfant. 

         Mais de quelle singulière façon !

         Dans un cercle de lumière formé par des cierges, l'ange achève de vêtir l'invalide. Perruquée de rouge, le visage sublimé par un maquillage lunaire — joues creusées à l'extrême, cernes accentuées jusqu'à l'effroi, cils démesurés, bouche violemment charnelle —, Lulu ressemble à ces japonaiseries dont raffolait l'entre-deux-guerres. Son corps, toujours beau malgré la paralysie, a été poudré de paillettes. Elle porte ses cuissardes et une guêpière d'agneau ciré, au laçage compliqué. Sur le sein gauche à demi découvert, un serpents tatoué déroule ses anneaux à chaque inspiration. Bras, poignets, cheville et gorge sont couverts de lourds bijoux, presque des entraves, que lèchent les reflets furtifs du feu.

         Une déesse immobile.

         Une idole.

         Une châsse précieuse que l'orfèvre pare avec amour.

         Ou plutôt, non... la toilette mortuaire d'une reine, accomplie dévotement par un ange à genoux, au son de chœurs sortis tout droit du firmament.

         C'est à la fois d'une telle lubricité et si désespérément chaste que Nora, troublée au-delà de l'exprimable, s'arrache à la vision et regagne sa chambre sans avoir satisfait son besoin naturel. Là, face à elle-même — ce qui est nettement moins flippant que d'être face aux deux autres — elle se perd en conjectures. Qu'a-t-elle surpris exactement ? Quel secret vénéneux ? Quelle cérémonie fervente et corrompue ? 

         «  Ce ne sont pas tes oignons ! » s'admoneste-t-elle.

         Puis, le cœur retourné, elle se couche en pensant aux baisers rigolos de Charlie. Et se retient de hurler.

                                                                                                                                 (A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 17/07/2013 12:50

Tristes jouissances, que d'habiller l'être qu'on aimait tant dévêtir, avant ! Comme de faire à l'envers, cet amour qui s'est cassé...

gudule 07/05/2013 05:07

Et évite de renifler, hein.

Castor tillon 06/05/2013 22:20

Bigre. Je passe sur la pointe des pieds. Jusqu'au chapitre suivant...

gudule 05/05/2013 09:41

Ah, cher Benoît, votre optimisme vous perdra !

Benoît Barvin 05/05/2013 08:25

Mais qu'est allée faire Nora dans cette galère? Ceci dit, elle se décoince un peu, la mignonne gisquette, en découvrant des spectacles interdits... ce dont elle fera profiter Charlie? Suspense...

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories