Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 07:30

Chapitre 128


Résumé des chapitres précédents : Rien à faire : en dépit des exhortations de Boris, Nora refuse de capituler. Elle n’est pas programmée pour la marche arrière. Elle a décidé de quitter Charlie et ne reviendra pas sur sa décision, quoi qu’il arrive.

    — Alors, reste chez moi en attendant son retour, décrète Boris. Que vous puissiez au moins vous expliquer de vive voix !
    Nora fait non de la tête. Non, non. L'œil affolé.
    — Je suis gay, répète-t-il, se méprenant sur son refus. Les filles ne me font pas triquer.
    — Ce n'est pas ça...
    —  C'est quoi, alors ?
    Geste fataliste. Je ne sais plus où j'en suis mais je ne veux pas céder. J'en mourrai, si je cède, tu entends ? j'en mourrai.
    — Tu ne peux pas m'obliger, se contente-t-elle de murmurer.
    En désespoir de cause, Boris sort quatre billets de cinquante euros et les lui tend.
    — Tu vois l'hôtel, là, dans la rue Amelot ? Le Ma-jong. Tu vas y prendre une chambre. Je préviens Charlie.
    Nora repousse sa main.
    — Non, merci. C'est bien gentil, mais non.
    — Pourquoi ?
    — J'ai jamais mendié, je vais pas commencer à mon âge.
    Soupir exaspéré.
    — Ce fric, je le dois à ton mari. Vous faites bourse commune, à ce qu'il me semble ?
    Ah, dans ce cas, c'est différent. Elle prend le trésor, le glisse dans son blouson.
    — Le Ma-jong, hein ! insiste Boris en le montrant du doigt. Ne te trompe pas d'adresse !
    Nora acquiesce, sort sans se retourner.
    Traverse la place, se dirige vers l'hôtel, se sachant observée.     Docilement, elle entre, se présente à la réception, signe le registre. On lui donne une clé. La voilà chez elle. De toute façon, Charlie et Boris ne se parleront pas avant demain matin : les postes sont fermées. J'ai la nuit devant moi.
    Elle se déshabille, fait couler un bain. Envisage un instant de se noyer mais y renonce — trop commun, comme suicide, trop sordide. Se résout à apprécier cette halte forcée, cette parenthèse de luxe, calme et volupté. Laisse l'eau chaude amollir ses chairs, détendre ses muscles. Ferme les yeux. Et profite de l'instant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Pata 22/07/2013 16:09

Oulà, c'est bien parce qu'il y a cent lignes à copier que je ne dis pas qu'elle est un rien tétu, quand même, Nora !

Benoît Barvin 05/07/2013 08:44

Ouin, maîtresse, y font rien que m'embêter...

gudule 04/07/2013 22:15

C'est pas une excuse pour vous chamailler !

Castor tillon 04/07/2013 22:13

C'est Benoît, il prend toutes les bonnes idées, après on sait plus quoi mettre.

gudule 04/07/2013 22:11

Attention, la prochaine fois, c'est cent !

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories