Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 07:14

Echec et mat

         Je n’ai jamais aimé les voyages. Hors de leur territoire, les bêtes se sentent en danger ; je ne fais pas exception à la règle. Mais bon, cette année-là —  87, si ma mémoire est bonne (ou 88 si elle ne l’est pas) — Sylvain m’entraîna en Equateur où il avait longuement vécu, ado. Un pélerinage, en quelque sorte. Une manière comme une autre de m’inclure dans son passé... Ça ne se refuse pas !

         Nous débarquons donc à Quito, direction le Gran Casino, un hôtel pour routards d’un beauté prodigieuse, presque entièrement à l’abandon — ce qui justifie son prix modique. Sylvain, qui parle couramment l’espagnol, se lie aussitôt avec un client de passage, dreads, pantalon afghan, tongs, sac à dos. Une chance : ils sont tous deux férus d’échec et un jeu traîne sur le bar.

         Tandis qu’ils « poussent le bois » en sirotant des Cuba Libre, je m’ennuie. Ce qui me vexe. Je n’ai pas fait douze heures d’avion pour rester plantée dans un patio, fût-il charmant. Si je partais en exploration ? J’ai remarqué, en venant, des escaliers qui montent au sommet de la ville, dominée par une gigantesque Vierge ailée. De là-haut, on doit avoir un point de vue fabuleux.

         — Je vais faire un tour, dis-je à Sylvain.

         Il lève distraitement la tête.

         — Ah ? Où ça ?

         — Voir la statue.

         — Je vous le déconseille, s’immisce son partenaire, dans un français plus qu’approximatif. Il y a beaucoup d’agressions.

         — Il a raison, approuve Sylvain, avant de replonger dans son jeu. Patiente cinq minutes, je finis la partie et on y va ensemble.

         Docilement, je me rassieds, commande une autre conso. Attends un quart d’heure, vingt minutes... La partie s’éternise. Au bout d’une demi-heure, je prends la mouche et me casse. Mais en sortant de l’hôtel, je me heurte à un couple qui vient en sens inverse.

         — On s’est fait dépouiller, expliquent-ils, hors d’eux. Des mecs nous on piqué nos sacs, notre argent, nos appareils photos, nos montres...

         — Et même ma boucle d’oreille, gémit la fille. Regardez : ils m’ont déchiré le lobe en l’arrachant !

         — Où est-ce arrivé ? s’enquiert Sylvain, tandis que l’hôtellier appelle la police.

         — Dans l’escalier qui mène à la statue. C’est un vrai coupe-gorge ! On a bien failli y laisser notre peau...

         Oh, punaise, je l’ai échappé belle !

381px-Virgen_de_Quito_02.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by Gudule - dans Mezzé
commenter cet article

commentaires

Gudule 13/09/2012 13:08

Ouaip !

Odomar 13/09/2012 11:46

The Curse of Overblog !

gudule 13/09/2012 07:52

Désolée pour le doublon, mais overblog avait effacé ma première réponse avant de la réintégrer, au moment où je postais la seconde. Du coup, j'ai l'air de radoter. Merci, overblog !

gudule 13/09/2012 07:20

Oui, oui, la Viege ailée et terrassant le dragon est bien le symbole de Quito. On la retrouve dans toute la peinture religieuse de l'Equateur, ainsi d'ailleurs que St Michel, qui est généralement
coiffé d'un casque de conquistador.
http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/todaslasartes/ext/ext10.htm

gudule 13/09/2012 07:15

Oui, oui, la Vierge de Quito a bien ces deux caractéristiques particulières Elle est représentée un peu partout, sur les peintures religieuses (ainsi d'ailleurs que l'archange St Michel, ange
guerrier qui porte, sur les peintures, le casque des conquistadors).

Qui Suis-Je ?

  • : Le blog de Gudule
  • Le blog de Gudule
  • : Gudule, écrivaine pour la jeunesse, surtout, et pour les adultes aussi un peu.
  • Contact

Ma bio et ma bibliographie...

Recherche

Archives

Catégories